Atentats à Paris: L'un des kamikazes du Bataclan a été enterré au cimetière de la Courneuve

SOCIETE Samy Amimour, l’un des trois assaillants du Bataclan, a été inhumé jeudi au cimetière intercommunal de la Courneuve…

20 Minutes avec AFP
— 
Samy Amimour, 28 ans, était parti il y a deux ans s'installer en Syrie d'où son père avait vainement tenté de l'exfiltrer
Samy Amimour, 28 ans, était parti il y a deux ans s'installer en Syrie d'où son père avait vainement tenté de l'exfiltrer — HO / Famille Amimour / AFP

Enterré en toute discrétion. Samy Amimour, l’un des trois assaillants du Bataclan, a été inhumé jeudi au cimetière intercommunal de la Courneuve, a-t-on appris dimanche de sources concordantes, confirmant une information du Journal du dimanche. Il est le premier des terroristes du 13 novembre à avoir été enterré.

>> A lire aussi: Comment vont être enterrés les terroristes morts à Saint-Denis et Paris?

Une sépulture qui ne peut être identifiée

Le kamikaze, mort à 28 ans le 13 novembre en commettant un carnage dans la salle de concert parisienne, était né et avait grandi à Drancy, en Seine-Saint-Denis, ville dont dépend ce cimetière et où habitent ses parents.

« Il a été inhumé à 17 heures, ses parents ont pris leurs précautions pour que sa sépulture ne puisse pas être identifiée », a indiqué à l’AFP une source proche, sans autre précision. « Il y avait très très peu de monde » lors de ses obsèques, a précisé une deuxième source.

>> A lire aussi: Recherché, Samy Amimour est rentré en France pour se faire exploser

Une radicalisation en France et un passage par la Syrie

Samy Amimour, ancien chauffeur de bus à la RATP, s’était rendu il y a environ deux ans en Syrie après s’être radicalisé en France, selon sa famille rencontrée en octobre par l’AFP lors d’un reportage en Seine-Saint-Denis.

Sept jihadistes sont morts dans les attaques du 13 novembre : trois près du Stade de France (Bilal Hadfi et deux hommes ayant présenté des passeports syriens dont l’identité reste à confirmer), trois au Bataclan (Omar Ismaïl Mostefaï, Samy Amimour et un troisième homme non identifié) et Brahim Abdeslam, qui s’est fait exploser devant un bar parisien.

Les défunts ont droit à une sépulture à l’endroit où ils résidaient, là où ils sont décédés, ou là où la famille a une sépulture familiale.