Maintien de la déchéance de nationalité dans la réforme constitutionnelle: Christiane Taubira fragilisée

POLITIQUE Suivez l'annonce du projet de révision de la Constitution et les réactions...

C.P., A.B.

— 

Le Premier ministre Manuel Valls lors de la présentation de la réforme constitutionnelle le 23 décembre 2015.
Le Premier ministre Manuel Valls lors de la présentation de la réforme constitutionnelle le 23 décembre 2015. — Capture d'écran BFMTV

Le gouvernement dévoile ce mercredi son projet de révision de la constitution visant à «protéger dans la durée» les Français face à la menace terroriste. Alors que la garde des sceaux Christiane Taubira avait annoncé mardi que la déchéance de nationalité pour les djihadistes binationaux avaient été abandonnée, cette mesure polémique figure finalement dans le projet.

Ce live est maintenant terminé. Merci à vous de l'avoir suivi.

14h15 : Une mesure qui « reprend le programme de l’extrême droite », estime Pascal Cherki

Le député PS Pascal Cherki craint que la déchéance de nationalité ne fasse le jeu de l’extrême droite.

14h10: Pour EELV, cette mesure crée «deux catégories de Français»

14h05 : Pour SOS Racisme, la déchéance de nationalité est « contraire à l’ordre républicain »

14h00 : « Christiane Taubira a pris un risque », estime Stéphane Le Foll

Le porte-parole du gouvernement a également tenu à rappeler ce mercredi qu'il y a «unanimité» du gouvernement sur le projet de réforme constitutionnelle.

13h20 : « Christiane Taubira aurait dû être plus prudente dans ses propos », estime Jean-Michel Baylet (PR)

13h05 : Pour Eric Ciotti (LR), Christiane Taubira ne peut pas rester au gouvernement.

« Christiane Taubira ne peut plus rester au gouvernement », a estimé mercredi sur Europe 1 le député LR.

13h00 : Le FN prêt à voter la réforme constitutionnelle

Après l’annonce du maintien de la déchéance de nationalité dans la révision constitutionnelle, Florian Philippot a déclaré mercredi sur France Info que le FN était prêt à voter en faveur de la réforme.

12h49 : Le PC dénonce une mesure « sans efficacité contre le terrorisme » qui va créer « deux sortes de Français »

Le porte-parole du PC, Olivier Dartignolles, ne croit pas en l’instauration de la déchéance de nationalité, qu’il juge inefficace contre le terrorisme et redoute que cette mesure ne « renforce Marine Le Pen » pour 2017.

12h44 : « Christiane Taubira doit partir », estime Claude Goasguen (LR)

12h43 : Manuel Valls annonce un débat à partir du 3 février à l’Assemblée nationale

Les premiers débats parlementaires sur le projet de révision constitutionnelle « auront lieu à partir du 3 février à l’Assemblée nationale », a annoncé mercredi le Premier ministre Manuel Valls à l’issue du Conseil des ministres.

« Les débats auront lieu à partir du 3 février à l’Assemblée nationale, puisque c’est l’Assemblée nationale qui sera saisie d’abord de cette révision constitutionnelle », a-t-il affirmé. « Je ne doute pas que les commissions concernées - commissions des lois à l’Assemblée comme la commission des lois au Sénat - feront des propositions. Je ne doute pas qu’il y aura un débat, voire des propositions de modifications de ce texte », a-t-il ajouté.

12h39: La déchéance de nationalité sera finalement au programme de la révision constitutionnelle

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé ce mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, que la déchéance de nationalité était maintenue dans la réforme de la Constitution visant à inscrire l'état d'urgence dans la loi fondamentale.

>> Lire ici les principales annonces de Manuel Valls

12h35 : Edwy Plenel suggère à Christiane Taubira de « quitter ce navire en perdition »

12h33: Gilbert Collard tacle Hollande et Taubira

12h27 : Un « désaveu » et une « humiliation » pour Christiane Taubira, estime Eric Woerth

12h25: La droite salue le maintien de la déchéance de nationalité et appelle Taubira à la démission

12h19 : Manuel Valls défend Christiane Taubira

Manuel Valls a assuré mercredi que le texte sur la réforme constitutionnelle serait défendu par Christiane Taubira et lui-même « ensemble » devant le Parlement. « Chacun, chacun, chacun, a droit à ses doutes, à ses interrogations, à ses questionnements et à ses analyses. Heureusement, nous sommes dans une démocratie », a-t-il martelé devant la presse, annonçant qu’il défendrait la réforme de la Constitution avec la ministre : « C’est son rôle au sein du gouvernement comme Garde des Sceaux et nous défendrons ensemble ce texte devant le Parlement ».

12h17 : « La parole dernière est celle du président », selon Christiane Taubira

La ministre de la Justice Christiane Taubira a déclaré mercredi que le président de la République aurait le dernier mot sur la question de la déchéance de nationalité. « La parole première est celle du président de la République. Elle a été prononcée au congrès à Versailles. La parole dernière est celle du président de la République, elle a été prononcée ce matin en Conseil des ministres et c’est le point final », a expliqué la garde des Sceaux lors d’un point presse à l’issue du Conseil des ministres.

12h12 «Le seuil des 1.000 individus ayant rejoint depuis la France les groupes jihadistes en Syrie ou en Irak vient d'être franchi»*

«Environ 600 d'entre eux y sont toujours et on estime à 148 le nombre d'individus ayant trouvé la mort. 250 sont revenus sur notre sol», a précisé le Premier ministre.

12h05 Manuel Valls présente le projet de révision constitutionnelle et confirme le maintien de la déchéance de la nationalité dans le projet

Manuel Valls l'a confirmé: la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français condamnés pour acte de terrorisme a finalement été maintenue dans ce projet de révision, présenté en Conseil des ministres mercredi. Cette annonce surprend après les déclarations, diffusées mardi, de Christiane Taubira à la radio algérienne Chaîne 3: le projet de révision constitutionnelle «ne retient pas»  la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour acte de terrorisme, avait-elle dit.