Attentat déjoué à Orléans: Que sait-on du projet terroriste visant les forces de l’ordre?

FAITS DIVERS Un nouveau projet d’attentat a été évité dans le Loiret, a annoncé Bernanrd Cazeneuve mardi soir…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une opération antiterroriste.
Illustration d'une opération antiterroriste. — A. GELEBART / 20 MINUTES

C’est le dixième attentat déjoué en deux ans par les services de renseignement. Un projet terroriste visant les forces de l’ordre a été évité la semaine dernière dans la région d’Orléans (Loiret). Deux jeunes Français ont été écroués samedi.

Que leur est-il reproché ?

Ces deux Français étaient « en contact avec un Français djihadiste présent en Syrie ». Ils avaient entrepris des « démarches actives » pour se procurer des armes. Une source proche du dossier évoque des kalachnikovs. Mais aucun n’a été en possession d’armement. Aucun arsenal n’a été retrouvé. Ils venaient de recevoir 4 000 euros, par mandats, depuis l’étranger, rapporte Le Figaro. Ils sont aussi, au moins pour l’un d’eux, susceptibles de s’être radicalisés. Ce qui est confirmé par l’enquête puisqu’ils se sont félicités des attentats de Paris.

Qu’avaient-ils prévu ?

Le passage à l’acte était prévu à Orléans. Plusieurs cibles potentielles ont été avancées : caserne de l’armée, commissariats de police, gendarmeries… « Mais il n’y avait pas de cible apparaissant comme arrêtée. On était dans des hypothèses », a expliqué une source proche de l’enquête.

Quel est leur profil ?

Les deux Français impliqués ont 24 et 25 ans. L’un est originaire du Maroc et l’autre du Togo. Il s’agit de petits délinquants dont le casier judiciaire mentionne des délits de droit commun, type infractions au code de la route ou actes de rébellion. Ils ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste de nature criminelle ».