Attentat déjoué à Orléans: Les deux suspects étaient dans le viseur de la DGSI depuis août

TERRORISME Les deux hommes ont été interpellés et mis en examen...

F.F.

— 

Bernard Cazeneuve en déplacement à Toulouse le 22 décembre 2015.
Bernard Cazeneuve en déplacement à Toulouse le 22 décembre 2015. — REMY GABALDA / AFP

Bernard Cazeneuve s'est montré un peu plus précis sur l'attentat déjoué à Orléans la semaine dernière, ce mardi. En déplacement à Toulouse (Haute-Garonne), le ministre de l'Intérieur a indiqué aux journalistes présents que deux suspects ont été interpellés les 15 et 16 décembre. 

Ces jeux jeunes hommes de 24 et 25 ans, originaires de la région d'Orléans, figuraient dans le viseur de la DGSI depuis le mois d'août, selon des informations de RTL. Les enquêteurs, qui les avaient placés sous surveillance, ont ainsi pu observer leurs faits et gestes.

Un commanditaire en Syrie?

« Mais il n'y avait pas de cible apparaissant comme arrêtée. On était dans des hypothèses », a expliqué une source proche de l'enquête : le commissariat d'Orléans, une caserne militaire ou une gendarmerie. Dans tous les cas, le projet d'attaque était à un stade assez avancé, puisque les suspects étant en contact avec un vendeur d'armes, ainsi qu'un djihadiste en Syrie qui leur aurait fourni une somme de 4.000 euros, selon L'Express, et qui pourrait être le commanditaire des projets d'attaques.

Au moins l'un des deux hommes se serait radicalisé, selon une source proche du dossier. Les éléments de l'enquête ont permis de confirmer cet élément, puisqu'ils se félicitaient des attentats de Paris, a-t-on ajouté. Les suspects ont été mis en examen et écroués pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste de nature criminelle».