VIDEO. Attentats de Paris: Où en est l'enquête?

POLICE Le point sur les dernières arrestations, les complicités présumées, les hommes encore recherchés…  

Delphine Bancaud

— 

Les terroristes qui ont mené les attentats le 13 novembre à Paris.
Les terroristes qui ont mené les attentats le 13 novembre à Paris. — SIPA/AFP

A chaque jour sa révélation. Plus d’un mois après les attentats du 13 novembre, le scénario de la tuerie s’est encore affiné. En France, 5.300 procès-verbaux, 3.000 scellés et des centaines d’auditions ont été réalisées. Mais l’enquête s’étend aussi en Belgique, dans plusieurs pays d’Europe, en Turquie… 20 Minutes fait le point.

Quels terroristes doivent être encore identifiés ?

Neuf assaillants du Stade de France, du Bataclan et du « commando des terrasses » sont morts. Parmi eux, six ont été identifiés : cinq Français et le djihadiste belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud. Reste à mettre un nom sur deux des trois kamikazes du Stade de France, venus de Syrie avec de faux passeports, et sur un troisième homme, qui a probablement participé aux tueries contre les terrasses avant de mourir, la semaine suivante lors de l’assaut policier à Saint-Denis.

>> A lire aussi : Attentats à Paris : De Saint-Denis au Bataclan, la galaxie des terroristes qui ont frappé la France

Quels hommes sont encore recherchés ?

Visé par un mandat d’arrêt international, Salah Abdeslam est toujours en fuite après avoir été exfiltré par des amis en Belgique. D’après Le Parisien, il aurait été contrôlé à trois reprises alors qu’il prenait la fuite vers la Belgique le 14 novembre. Selon le ministre de la Justice belge, il « se trouvait vraisemblablement dans une habitation de Molenbeek deux jours après les attentats de Paris ». Mais, la police n’aurait pas pu intervenir en raison d’une loi qui interdit les perquisitions entre 21 heures et 5 heures du matin. A-t-il réussi à gagner la Syrie ? Se cache-t-il en Europe ? « Il dispose probablement de relais dans plusieurs pays européens qui pourraient lui servir de base de repli », selon une source proche de l’enquête.

Mohamed Abrini, un Belgo-Marocain vu en compagnie d’Abdeslam deux jours avant les attentats, fait également l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Quelles sont les dernières arrestations ?

Cinq personnes dont deux frères ont été interpellés dimanche soir à Bruxelles dans le cadre de l’enquête liée aux attentats de Paris. Ce qui porte à onze le nombre de personnes écrouées en Belgique dans ce dossier. Quatre sont suspectées d’avoir véhiculé Salah Abdeslam dans les heures qui ont suivi les tueries, deux d’avoir été en lien avec Bilal Hadfi, kamikaze du Stade de France, une autre a été repérée près d’une maison en Belgique qui aurait pu servir de planque, une dernière aurait notamment pu aider Mohamed Abrini dans sa fuite. Les policiers ont aussi découvert que les terroristes avaient appelé plusieurs numéros en Belgique le soir des attentats, ce qui pourrait laisser penser que ces tueries avaient été orchestrées de là-bas.

Deux suspects ont aussi été arrêtés en Autriche mi-décembre. Ils seraient en lien avec les kamikazes qui se sont fait exploser au Stade de France.

En France, un homme de 29 ans a été interpellé en région parisienne et placé en garde à vue le 15 décembre, selon les informations de 20 Minutes. Cette personne aurait été en contact avec un ou plusieurs individus suspectés d’être impliqués dans les attentats du 13 novembre. Pour l’heure, deux personnes ont été mises en examen en France, Jawad Bendaoud et Mohamed S., soupçonnés d’avoir fourni à Abaaoud le logement de repli de Saint-Denis. Mais ils ne semblent pas inquiétés pour avoir préparé ou participé aux attaques.

Quels sont les nouveaux noms apparus dans le dossier ?

Selon Le Parisien, un djihadiste français de 27 ans, déjà connu des services de renseignement, pourrait avoir préparé ou coordonné l’attaque de la salle de spectacles le 13 novembre. Charaffe el-Mouadan, parti en Syrie à la fin de l’année 2013, est un ami d’enfance de Samy Amimour, un des terroristes décédés au Bataclan. Il avait été mis en examen en octobre 2012 pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes. Son nom est apparu dans le dossier après le témoignage d’un survivant du Bataclan qui a entendu deux des terrorister parler d’un certain Souleymane, le surnom de Charaffe el-Mouadan.

Les enquêteurs s’intéressent aussi à Ahmed Dahmani, un homme qui a pris un vol Amsterdam-Antalya le 14 novembre. Il a été arrêté en Turquie deux jours plus tard. Il a voyagé plusieurs fois ces derniers mois avec Salah Abdeslam, ce qui pourrait signifier son lien avec les attentats de Paris. Il aurait notamment pu participer aux repérages des cibles.

Qu’a-t-on appris sur l’emploi du temps des terroristes survivants après les tueries ?

Le Parisien a confirmé une information de TF1 selon laquelle Abdelmamid Abaaoud avait passé plusieurs jours caché dans un buisson situé dans une zone industrielle d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) après les attentats. Le signe d’une improvisation qui signifie sans doute que l’homme n’avait pas prévu de rester vivant après le 13 novembre.


Attentats de Paris : Abdelhamid Abaaoud s’était caché quatre jours dans un talus