Canonisation: Mode d’emploi pour devenir un saint

CONSEILS «20 Minutes» vous donne quelques conseils pour obtenir la canonisation comme Mère Teresa prochainement...  

T.L.G.

— 

Halo solaire, illustration.
Halo solaire, illustration. — SIPANY/SIPA

Le pape François a signé le décret reconnaissant un deuxième miracle attribué à Mère Teresa. Il ouvre ainsi la voie à la canonisation de cette religieuse ayant consacré sa vie aux pauvres en Inde et à travers le monde. Mais comment fait-on pour devenir un(e) saint(e) ? 20 Minutes vous donne quelques pistes avec l’historien des religions, Odon Vallet*.

Mener une vie exemplaire

Votre « réputation de sainteté » est importante. Cela passe par trois étapes. « D’abord, l’Eglise doit reconnaître l’héroïcité et la vertu de celui qui devient vénérable. La phase suivante est la béatification, on devient bienheureux. Puis la canonisation, qui permet de devenir un saint », assure Odon Vallet. Pour y parvenir, deux chemins : la vie très vertueuse ou celle de martyr. « Pour mère Teresa par exemple, son prix Nobel de la paix [en 1979] et sa mission auprès des plus pauvres ont été importants », précise l’historien.

Eviter les relations sexuelles

Attention, ne cédez pas aux plaisirs. « Il ne faut pas avoir de relations sexuelles et de manière générale ne pas céder à la tentation, c’est le principe de chasteté », remarque Odon Vallet. Le cas de sœur Emmanuelle, et ses confessions sur la masturbation, ne doit pas être pris en exemple. « La sexualité n’est pas un argument positif pour une canonisation. Dans le cas de roi, comme Saint-Louis, on laisse passer, car il y a la nécessité de perpétrer la dynastie ».

Etre patient

La sainteté ne vous ouvrira ses portes qu’après un long processus. « Le procès pour établir la sainteté est long et cher. Il faut réunir des montagnes de documents qui renseignent sur la totalité de la vie de la personne. On souhaite éviter que des choses scandaleuses ne soient révélées », prévient l’historien. « L’abbé Pierre ne sera ni saint ni bienheureux. L’homme a disparu pendant une dizaine d’années dans les années 1960. On ne peut attester de ce qu’il a fait pendant cette période. A l’inverse, la vie de Jean-Paul II est parfaitement connue, sa canonisation a été très rapide ». Tenir un journal intime vous permettra peut-être de faciliter les choses.

Etre populaire

N’imaginez pas être subversif pour vous démarquer. « La canonisation est politique. Il a fallu près de 500 ans à Jeanne d’Arc pour être canonisée, non sans polémiques », assure le spécialiste des religions. « On évite également de canoniser des personnages qui sont mal vus dans un pays que l’Eglise souhaite ménager. La popularité joue un grand rôle dans le choix du sujet et facilite la procédure ».

Etre miraculeux

Là-dessus, il va falloir travailler. Pour être saint, deux miracles sont nécessaires. Le premier pour la béatification, le second pour la canonisation. « Ce n’est pas une obligation absolue. En définitive, le pape a le dernier mot sur toutes ces règles. Les martyrs peuvent ainsi être saints sans avoir fait de miracles », nuance Odon Vallet.

Etre mort

Désolé, pas de négociations ici. Pour devenir saint, il faut avoir rendu l’âme.

*Odon Vallet, auteur de Dieu et les religions en 101 questions-réponses, Albin Michel.