Attentats à Paris: La ceinture d'explosifs de Montrouge a été portée par Salah Abdeslam

TERRORISME Les enquêteurs ont retrouvé l'ADN de l'homme le plus recherché d'Europe sur le gilet d'explosifs retrouvé à Montrouge...

C.B.

— 

Salah Abdeslam, suspect-clé des attaques de Paris du 13 novembre 2015.
Salah Abdeslam, suspect-clé des attaques de Paris du 13 novembre 2015. — DSK / FEDERAL POLICE OF BELGIUM / AFP

Qui portait la ceinture d’explosifs retrouvée le 23 novembre dans une poubelle à Montrouge, en banlieue parisienne ? Depuis sa découverte, les enquêteurs penchent pour Salah Abdeslam, le seul rescapé présumé des attaques kamikazes du 13 novembre.

Une preuve vient les conforter dans cette hypothèse : de la sueur retrouvée sur la ceinture correspond à l’ADN de Salah Abdeslam, selon une source proche de l’enquête, citée par CNN. La ceinture d’explosifs avait été découverte le 23 novembre, soit dix jours après les attentats, sur un trottoir de la rue Fréderic Chopin à Montrouge.

Si le dispositif porte le nom de ceinture, techniquement, il s’agit davantage d’un gilet. Rappelons que les sept gilets retrouvés sur les terroristes décédés sont rigoureusement les mêmes : ils étaient tous reliés à un détonateur sous forme de bouton-pressoir et composés de piles, de boulons, et surtout, de TATP, un explosif primaire assez volatil.

Le TATP, un explosif souvent utilisé par les terroristes

Egalement connu sous le nom de peroxyde d’acétone, le TATP a été découvert à la fin du XIXe siècle par un chimiste allemand, Richard Wolffenstein. Cet explosif est fréquemment utilisé par les terroristes, notamment parce qu’il est difficilement détectable. Cet explosif était présent dans la semelle des chaussures du Britannique Richard Reid, qui souhaitait faire exploser en vol un Boeing 767 de la compagnie American Airlines reliant Paris à Miami.

Il a également été utilisé par les kamikazes qui ont perpétré les attentats du 7 juillet 2005 à Londres (Royaume-Uni), par les terroristes responsables de l’attentat du 28 avril 2011 à Marrakech (Maroc) ou encore par les frères Tsarnaev pour l’attentat du marathon de Boston, le 15 avril 2013. Le 17 février 2014, les policiers enquêtant sur la filière djihadiste démantelée dite de « Cannes-Torcy » avaient découvert quelque 900 grammes de TATP dans un immeuble de Mandelieu-La-Napoule (Alpes-Maritimes), près de Cannes.