État d'urgence: Un homme condamné à cinq mois ferme pour non-respect d'une assignation à résidence

JUSTICE Le parquet avait requis une peine de six mois ferme...

20 Minutes avec AFP
— 
Justice: balance de la justice
Justice: balance de la justice — Jacques Demarthon AFP

Pointer régulièrement au commissariat ou à la gendarmerie, ne pas quitter son domicile entre 21h30 et 6 heures.... Voilà quelques unes des obligations pour les assignés à résidence. Un étudiant de 26 ans, présenté comme «un prédicateur musulman radical», a été condamné à cinq mois de prison ferme pour n'avoir pas respecté son assignation à résidence, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Chambéry (Savoie).

Le parquet avait requis une peine de six mois ferme à l'encontre du jeune homme, domicilié à Marnaz (Haute-Savoie), arrêté et placé en détention la semaine dernière alors qu'il se rendait à sa formation à Chambéry. «Si je ne fais pas mes stages, je jette par la fenêtre mes deux années d'études», avait-il expliqué lors d'une précédente audience, cité dans le quotidien Dauphiné Libéré.

Il a été maintenu en rétention

Le jeune homme avait été assigné à résidence le 26 novembre à la suite d'une perquisition administrative menée à son domicile et devait pointer trois fois par jour à la gendarmerie.Il a été maintenu en détention jeudi à l'issue de son procès.

Quelque 2.500 perquisitions administratives ont été menées et 354 personnes assignées à résidence depuis l'instauration de l'état d'urgence après les attentats de Paris et Saint-Denis, selon le dernier décompte du ministère de l'Intérieur.