Une exposition photo sur l'homophobie vandalisée à Toulouse

SOCIETE Les clichés, affichés sur les grilles d'un parc au centre du «Grand Rond» ont été déchirés ou couverts de graffitis dans la nuit de samedi à dimanche…

C.P. avec AFP

— 

L'exposition contre l'homophobie du photographe Olivier Ciappa avait déjà été vandalisée le 23 juin 2013 à Paris (photo) avant d'être à nouveau saccagée à Toulouse le 5 décembre 2015.
L'exposition contre l'homophobie du photographe Olivier Ciappa avait déjà été vandalisée le 23 juin 2013 à Paris (photo) avant d'être à nouveau saccagée à Toulouse le 5 décembre 2015. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Nouvelles violences contre les clichés anti-homophobie d’Olivier Ciappa. Déjà saccagées en juin 2013 dans le 3e arrondissement de Paris, les photos de « couples imaginaires » du photographe qui vit à Los Angeles ont été une nouvelle fois vandalisées dans la nuit de vendredi à samedi sur un grand rond-point de Toulouse.

https://twitter.com/OlivierCiappa

« Des photos très douces, tendres et aimantes »

Les clichés montrant des couples homosexuels et hétérosexuels enlacés ou encore des familles homoparentales, ont été déchirés ou couverts de graffitis comme « PD » ou « Honte », selon la page Facebook du photographe. Un panneau « Stop à l’homophobie » a été barré d’un trait.

L’exposition française présente des anonymes comme des célébrités, dont Elie Semoun, Cécile Duflot, Roselyne Bachelot, Mireille Darc ou encore Lara Fabian, a expliqué Olivier Ciappa par téléphone à l’AFP. A Los Angeles, le photographe français prépare une autre exposition avec des stars américaines.

« Ce sont des photos très douces, tendres et aimantes que j’ai faites pour les homophobes plein de préjugés et de peurs », a-t-il ajouté.

« Six jeunes violents » reperés, une plainte va être déposée

Selon lui, « six jeunes violents » ont été vus en train d’endommager l’exposition qui vise à lutter contre l’homophobie et à « rassembler ceux qui sont pour ou contre le mariage pour tous ».

Aucune plainte n’avait été déposée en fin de journée samedi, selon la police, confirmant la dégradation, à coup d’insultes souvent illisibles, de l’exposition affichée sur les grilles d’un parc au centre du « Grand Rond ».

L’association « L’Autre Cercle » qui a organisé l’exposition pour la mairie de Toulouse a dit à l’AFP son intention de porter plainte lundi. La mairie n’était pas joignable samedi soir.

Messages de soutien

« Cette violence intervient à deux jours des élections. A deux jours d’un futur succès presque assuré aux régionales du FN. Ce même FN qui vient quand même d’annoncer vouloir supprimer l’intégralité des subventions aux associations LGBT s’il était élu », écrit encore Olivier Ciappa, sur sa page Facebook, appelant à combattre l’assertion que « l’homophobie n’existe pas ».

« En réponse aux vandales abrutis de Toulouse, biz @OlivierCiappa », a tweeté l’ancienne ministre Roselyne Bachelot. « L’imbécilité a de beaux jours devant elle, mais nous sommes résistants aussi. Je vs embrasse @OlivierCiappa », selon un tweet de la journaliste Audrey Pulvar.