Affaire Adidas: Tapie peut-il éponger l'ardoise de 404 millions d’euros?

JUSTICE Condamné, ce jeudi, par la cour d’appel de Paris, l’homme d’affaires entretient le flou sur son réel patrimoine…

Vincent Vantighem

— 

Bernard Tapie, le 15 novembre 2013
Bernard Tapie, le 15 novembre 2013 — BORIS HORVAT / AFP

« Si j’étais l’Etat, j’enverrais les huissiers sonner chez lui dès jeudi matin ! » Professeur de droit privé et spécialiste du dossier Adidas, Thomas Clay n’a pas caché, au micro de BFM TV, que la tâche la plus ardue, pour l’Etat, allait désormais être de convaincre Bernard Tapie de le rembourser. La cour d’appel de Paris a, en effet, condamné, ce jeudi, l’homme d’affaires de 72 ans à verser 404.623.082,054 euros à l’Etat, pour solde de tout compte dans l’affaire controversée de la revente d’Adidas en 1994. Plus les intérêts qui courent depuis 2008…

>> Les faits : Tapie condamné à rembourser 404 millions d’euros

Mais Bernard Tapie a-t-il les moyens d’éponger l’ardoise ? « Je suis presque ruiné », serine l’ancien président de l’Olympique de Marseille à longueur d’interview. Avocat de l’Etat dans cette affaire, William Bourdon en doute vraiment. « Personne ne peut croire une chose pareille, assure-t-il à 20 Minutes. Aujourd’hui, c’est une victoire de la justice contre l’hyper cynisme et l’hyper cupidité. » Autrement dit, il est temps de passer à la caisse…

Des saisies à hauteur de 100 millions d’euros

Les juges savent bien qu’on ne trouve pas 404 millions d’euros sous le sabot d’un cheval. Au cours de l’instruction avant même que la décision ne soit rendue, ils ont donc opéré plusieurs saisies conservatoires sur les biens de Bernard Tapie. Une hypothèque sur sa villa de Saint-Tropez (Var), quelques assurances-vie et plusieurs parts de SCI : la justice s’est assurée de pouvoir récupérer environ 100 millions d’euros.

>> Eclairage : Pourquoi la justice a saisi les biens de Tapie ?

Quant au reste de l’addition, il semble plus compliqué à recouvrer… Entretenant le flou sur sa réelle richesse, Bernard Tapie n’a pas hésité à faire franchir à une partie de son patrimoine les frontières de l’Hexagone. Son ancien yacht malicieusement baptisé Le Reborn ? Il battait le pavillon du paradis fiscal de l’île de Man avant d’être revendu, selon Libération. Son jet ? Immatriculé à Malte. Sa holding ? Enregistrée à Bruxelles (Belgique). Selon une source proche du dossier contactée par 20 Minutes, « des flux financiers le concernant auraient également été détectés du côté de Hong-Kong ». Classé 76e yacht le plus long au monde, le Reborn a droit à sa page Wikipedia

Une opacification des avoirs à l’étranger ?

« S’il s’avère que Bernard Tapie a organisé une véritable opacification de ses avoirs à l’étranger, il faudra se poser des questions… », assure William Bourdon sans vouloir en dire plus. En butte contre l’arbitrage controversé mis en place par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, l’actuel exécutif pourrait facilement demander à Bercy de se pencher sur cette question.

>> A lire aussi : Jet, villa, yacht : Comment Tapie a dépensé les millions

Mais Bernard Tapie n’est pas du genre à se laisser faire. « Cette décision constitue un déni de justice pur et simple, a réagi Emmanuel Gaillard, son avocat. Nous étudions en conséquence toutes les voies de droit disponibles afin que la justice dans cette affaire, enfin, prévale… » Pour autant, Bernard Tapie sait bien que le pourvoi en cassation qu'il a déposé – son ultime recours – ne permet pas de suspendre la décision de la cour d’appel et donc de lui éviter d’honorer ses dettes. Contacté par 20 Minutes ce jeudi, il n’a pas souhaité réagir.