Attentats à Paris: Le gilet d'explosifs de Montrouge ne pourra pas être exploité

ENQUETE Aucune empreinte n'a pu être découverte sur la ceinture trouvée dix jours après les attentats du 13 novembre...

M.P.

— 

Des gens le 23 novembre 2015 devant une maison à Montrouge le 23 novembre 2015 après la découverte de ce qui ressemble à une ceinture d'explosifs
Des gens le 23 novembre 2015 devant une maison à Montrouge le 23 novembre 2015 après la découverte de ce qui ressemble à une ceinture d'explosifs — JACQUES DEMARTHON AFP

Ce n’est pas grâce à la ceinture d’explosifs retrouvée à Montrouge (Hauts-de-Seine) que les enquêteurs pourront avancer sur les attentats du 13 novembre. En effet, d’après TF1, aucune empreinte papillaire ou ADN n’a été découverte par les enquêteurs puisque le gilet a été trempé dans du Toluène, un hydrocarbure utilisé comme solvant qui permet de neutraliser les produits explosifs. Mais qui dissout aussi les matériaux. D’où l’impossibilité d’y trouver un élément intéressant pour l’enquête.

>> Le parcours de Salah Abdeslam en infographie

Ils ont toutefois pu déterminer que cette ceinture est exactement la même que celle retrouvée sur les kamikazes du Stade de France. Les boulons y sont exactement les mêmes, tout comme le sac qui les contient, avec des inscriptions en flamand, similaire à des éléments retrouvés à côté des corps des kamikazes. L’hypothèse de travail des enquêteurs est que ce gilet a appartenu à Salah Abdeslam, l’homme le plus recherché d’Europe.

Son téléphone a en effet borné à proximité de Montrouge le soir des attentats du 13 novembre. On sait aussi que Salah Abdeslam a conduit les trois kamikazes au Stade de France. Pour autant, l’exploitation des bandes de vidéosurveillance n’a pas permis d’apporter d’éléments supplémentaires.