Attentats à Paris: Les familles de deux terroristes réclament leur dépouille

TERRORISME Selon RTL, la famille de Samy Amimour et celle de Bilal Hadfi se sont manifestées...

N.Bg.

— 

Illustration: Au Drancy, où a vécu Samy Amimour.
Illustration: Au Drancy, où a vécu Samy Amimour. — GEAI LAURENCE/SIPA

Que faire des corps des terroristes ayant participé aux sanglants attentats de Paris et Saint-Denis ? La question peut surprendre, mais elle se pose après chaque attentat, et s’est posée par exemple pour Mohamed Merah, Amedy Coulibaly ou les frères Kouachi.

>> A lire aussi : Comment vont être enterrés les terroristes morts à Saint-Denis et Paris ?

« Un peu inquiets »

Aujourd’hui, entre les attaques terroristes à Paris et près du Stade de France et l’assaut des forces de l’ordre dans la plaque d’Abdelhamid Abaaoud à Saint-Denis, dix corps de terroristes doivent être inhumés. Et selon RTL, des familles ont commencé à se manifester.

Bilal Hadfi s’était fait exploser près du Stade de France. Ses proches s’avouent « un peu inquiets » en attendant la réponse de l’Etat concernant la restitution de sa dépouille. Samy Amimour, lui, a participé à la tuerie du Bataclan – lui aussi est mort après l’activation de sa ceinture d’explosifs. D’après RTL, qui cite l’avocat de sa famille, celle-ci a réclamé le corps pour l’inhumer en toute discrétion.

>> A lire aussi : De Saint-Denis au Bataclan, la galaxie des terroristes qui ont frappé la France

Pas d’incinération pour les terroristes

De leur côté, les mairies où les corps des terroristes pourraient être inhumés ont également réfléchi à la question. Selon RTL, la mairie de Courcouronnes, commune de naissance d’un des preneurs d’otages du Bataclan, Ismaël Mostefaï, affirme qu’elle n’a plus assez de place pour accueillir la dépouille du terroriste. Quant au maire du Drancy, où a vécu Samy Amimour, il relève que le cimetière de sa commune ne dispose pas de carré musulman.

Une chose est sûre : comme l’indiquait 20 Minutes il y a quelques jours, une incinération d’un des corps de terroriste est exclue, au cas où l’enquête nécessiterait une exhumation.