COP21: Prison ferme et amende pour David et Jorine, militants «pacifiques» du climat

JUSTICE Les deux premières comparutions immédiates à la suite des échauffourées à République dimanche ont été jugées mardi soir tard…

William Molinié

— 

Des manifestants font face aux forces de l'ordre, lors d'un rassemblement pacifiste pour le climat, le 29 novembre 2015, à la veille de la COP21, place de la République à Paris.
Des manifestants font face aux forces de l'ordre, lors d'un rassemblement pacifiste pour le climat, le 29 novembre 2015, à la veille de la COP21, place de la République à Paris. — JEROME MARS/SIPA

Une pêche bien maigre. Malgré l’impressionnant coup de filet policier lors des échauffourées avec des manifestants en marge d’un rassemblement pacifique dimanche à République, seulement neuf individus ont été présentés à la justice. Mardi soir, un homme et une femme étaient jugés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Paris. Le premier pour un jet de bouteille en verre sur les forces de l’ordre, la seconde pour avoir refusé de décliner son identité et de se faire prélever son empreinte digitale.

Dans le box, épuisé par 48 heures de garde à vue, David, 28 ans, sweater gris, affiche un sourire en coin de lèvre. A peine perceptible mais suffisant pour comprendre qu’il joue de l’absence formelle de preuves. « Pourquoi, à l’ordre de dispersion, n’avez-vous pas quitté les lieux ? », questionne la présidente. « J’ai essayé de me faufiler à travers les barrages de CRS pour partir », répond-il. Dans la cohue générale, David raconte s’être « cassé la binette » à cause de son gros sac à dos de randonneur sur les épaules. Sans doute, aussi, aux trop nombreuses bières qu’il a ingurgitées depuis la matinée (il sera contrôlé avec 1,12 mg/L d’air expiré). C’est une fois par terre que les CRS lui sautent dessus et l’embarquent. Un policier vient de recevoir une bouteille en verre à ses pieds. Blessé à la lèvre par un éclat, il lui en attribue le lancer.

Des CRS et des manifestants place de la République, à Paris, le 29 novembre 2015, lors d’une manifestation à l’occasion du début de la COP21. -/NEWSCOM/SIPA

Rien à voir avec les Black Blocs

Le prévenu nie en bloc. Pas de bouteille de verre. A la rigueur une canette de bière. Mais dit-il, peut-être était-ce un réflex au moment de tomber. Quoi qu’il en soit, il ne visait pas les CRS, assure-t-il. Sa défense ne convainc pas le procureur de la République. « Cannette ou bouteille en verre, peu importe. Le geste est là », coupe-t-il réclamant avec fermeté huit mois de prison, dont quatre avec sursis. Les images de vidéosurveillance de la préfecture de police n’ont pas pu prouver formellement son implication. Seules des captures d’écran le montrent au milieu d’individus masqués. « Il n’est pas cagoulé et est entouré de journalistes. Il est habillé en clair, alors qu’ils sont tous en sombre », fait remarquer son avocate.

Il est vrai que l’image renvoyée par David tranche avec la présentation faite des « Black Blocs », ces groupuscules violents qui seraient venus de l’Europe tout entière pour défier les policiers en marge de la COP 21. Plutôt timide, pas du tout habillé en noir, « pacifique » dit-il, ce diplômé en mécanique a surtout un gros problème avec l’alcool. Condamné à deux reprises pour des conduites en état d’ivresse, il suit un traitement psychologique depuis plusieurs années, après un homicide involontaire alors qu’il était mineur et au volant d’une voiture. Père de deux filles de 5 et 3 ans, il essaye d’arrêter de boire. Il reconnaît avoir quelques « amis zadistes ». Mais rien à voir avec les mouvements anarcho-autonomes ou libertaires décrits par les policiers. L’avocate de David appelle à la mesure : « Ce n’est pas le procès de la manifestation. C’est le procès d’un homme. »

Des Black Blocs affrontent les policiers place de la République, à Paris, le 29 novembre 2015 - FRANCOIS GUILLOT AFP

Trois personnes jugées sur 341 interpellations

Après lui, se présente Jorine. Jeune femme de 25 ans, employée saisonnière dans l’agriculture et originaire du Gers. Interpellée vers 15h40 dimanche sur la place de la République, elle a refusé de décliner son identité jusqu’à trois heures avant sa levée de garde à vue. « Je n’ai pas entendu les demandes de dispersion », conteste cette brune aux yeux noirs, dread lock discrète à l’arrière du crâne. Dès lors, elle dit avoir été « agressée » par les CRS qui l’ont visé avec des gaz lacrymogènes. « Ne pas donner mon identité, c’était ma façon à moi de répondre à cette situation inadmissible », argue-t-elle. En garde à vue, la militante écologiste refuse de dévoiler son nom. Même posture quand les policiers veulent prendre ses empreintes digitales, « non pas pour une histoire de fichier » mais pour « s’assurer de l’identité des personnes placées en garde à vue », justifie le procureur. « 317 gardes à vue. Et deux personnes renvoyées devant le tribunal. Ça frise le ridicule », ose son avocate qui insiste sur le fait que sa cliente était « venue manifester pacifiquement ».

Vers 23h30, le tribunal condamne David à trois mois de prison ferme, une peine qui sera aménagée. Le parquet de Paris a fait savoir qu'il ferait appel, les juges n'ayant pas retenu le mandat dépôt. Quant à Jorine, elle devra verser 1.000 euros d’amende au trésor public. Une somme importante pour celle qui dit gagner 757 euros pour 96 heures de travail dans les champs. Après avoir fait les vendanges ces deux derniers mois, elle se rendra dans le Vaucluse en décembre pour la cueillette des olives.

Outre ces deux prévenus, au moins un autre individu doit être jugé en comparution immédiate mercredi pour des « violences » sur les forces de l’ordre. Deux autres personnes restent en garde à vue, tandis que cinq ont été relâchées. Ce qui fait un bilan, provisoire donc, de trois personnes renvoyées devant le tribunal correctionnel. Trois sur 341 interpellations dont 317 gardes à vue, dans un contexte d’état d’urgence.