VIDEO. COP21: Echauffourées entre manifestants et CRS sur la Place de la République

MANIFESTATION Depuis midi, les manifestants convergent peu à peu vers République, d'où pourrait repartir une manifestation interdite...

W.M. (sur place, Fabrice Pouliquen)

— 

L’atmosphère est tendue entre les forces de l'ordre et les manifestants ce dimanche à République en marge de la COP21
L’atmosphère est tendue entre les forces de l'ordre et les manifestants ce dimanche à République en marge de la COP21 — Fabrice Pouliquen / 20 Minutes

L’Etat d’urgence n’aura pas suffi à dissuader plusieurs milliers de manifestants de se réunir en marge de la Cop 21, ce dimanche place de la République. « Plus de 10.000 » personnes ont participé dimanche à la chaîne humaine à Paris, le long du boulevard Voltaire, pour dénoncer « l’état d’urgence climatique » à la veille de l’ouverture de la COP21, ont annoncé les organisateurs. Un chiffre réduit à 4.500, selon le décompte de la police. Puis dès midi, les manifestants ont convergé peu à peu vers la place République, rapidement encerclé par les CRS. 

Ça danse, ça scande des slogans et ça moque aussi gentiment les forces de l'ordre. Du moins, dans un premier temps. Peu avant 14h, un cortège de manifestants a entrepris un tour de la place avant d'essaier de forcer un barrage de police boulevard de la République.  «Si on ne marche pas, ça ne marchera pas, scandaient les manifestants. L'ambiance s'est rapidement tendue.

« C’est extrêmement satisfaisant vu le contexte actuel. Il y avait beaucoup de gravité, de dignité sur les trottoirs. Un puissant courant passait entre les mains. C’est un plaisir d’avoir pu soulever le couvercle qui pèse sur la société française depuis les attentats », a affirmé lors d’une conférence de presse Geneviève Azam, porte-parole d’Attac, à l’initiative avec Alternatiba de cette manifestation organisée en dépit de l’interdiction de manifester.

En début d'après-midi, aucune interpellation n'avait été réalisée par les policiers en marge de ces rassemblements, a indiqué à 20 Minutes une source policière. «L'ambiance s'est nettement tendue. Insultes et provocations de la part des manifestants, gaz lacrymogènes de la part des policiers», rapporte un journaliste de 20 Minutes.

Une partie d'entre eux, le visage masqué par un foulard ou une capuche clament «Etat d'urgence, Etat policier. On nous enlèvera pas le droit de manifester».

Certains ont alors jeté des chaussures ou encore des bouteilles sur les CRS déployés en masse. D'autres ont jeté une barrière sur les policiers qui ont riposté d'abord à coups de gaz lacrymogène puis ont chargé les manifestants qui ont ensuite reflué vers la place de la République.