Attentat contre «Charlie Hebdo»: La veuve de Tignous n'est pas la bienvenue à Sancerre

POLEMIQUE La séance de dédicace de Chloé Verlhac, veuve du dessinateur Tignous assassiné le 7 janvier, a dû être programmée dans un autre lieu...

20 Minutes avec AFP

— 

Chloé Verlhac, veuve de Tignous, lors de l'hommage rendu au dessinateur le 15 janvier 2015.
Chloé Verlhac, veuve de Tignous, lors de l'hommage rendu au dessinateur le 15 janvier 2015. — Antoine Cau/SIPA

Elle ferait courir un risque à la ville de Sancerre. L’épouse du dessinateur Tignous, assassiné lors de l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier, a dénoncé ce samedi à Toulouse les pressions exercées sur un libraire de Sancerre (Cher) qui l’avait invitée à une dédicace.

Le patron du café-librairie de Sancerre, Olivier Bourdon, a confirmé à l’AFP avoir dû renoncer à faire venir Chloé Verlhac au marché de Noël organisé chaque premier dimanche de décembre par l’association des parents d’élèves de Sury-en-Vaux et Verdigny, non loin de Sancerre. Ce marché regroupe une cinquantaine d’exposants. Une séance de dédicaces est néanmoins programmée à la place le même jour, c’est-à-dire le 6 décembre, chez un vigneron, a-t-il ajouté.

«Il était hors de question qu’on ne vienne pas»

« Tignous disait : “Si on a peur, ils ont gagné.” Il était hors de question qu’on ne vienne pas, qu’on leur laisse le terrain [à Daesh] », a souligné Chloé Verlhac face à un public réuni dans une librairie de la ville rose. « C’est vrai, je suis dangereuse. Trois jours après les attentats de novembre, on a fait une séance de dédicaces. Je suis allée à Montreuil… (dans la banlieue de Paris). Il n’y a jamais de problèmes », a-t-elle ajouté. Ce samedi, Chloé Verlhac était aussi à Castelnaudary (Aude), où un hommage a été rendu à Tignous.

Tout a commencé le 20 novembre quand Olivier Bourdon communique le nom des écrivains invités sur son stand pour ce marché traditionnel. Outre Chloé Verlhac, il y a notamment Hélène Honoré, la fille du dessinateur Honoré, tué aussi dans l’attaque contre Charlie Hebdo ou encore Raynal Pellicer, auteur d’un documentaire d’immersion sur la brigade criminelle.

Selon le libraire, c’est d’abord un officier de gendarmerie qui est venu se plaindre de cette invitation alors que son travail, a-t-il dit, est « d’assurer la sécurité » de la population. Le lendemain, ce sont les maires de Sancerre et de Verdigny qui ont affirmé avoir parlé à la préfecture et demandé le report « de trois mois » de cette séance de dédicaces compte tenu « de l’état d’urgence et des risques que fait courir » Chloé Verlhac, d’après Olivier Bourdon.

Sans interdire, la préfecture a insisté lundi, toujours selon le libraire, sur cette période en cours qui n’est pas adaptée à ce genre de manifestation. Finalement, c’est l’association qui a demandé l’annulation, certains membres craignant pour « la sécurité de leurs enfants » et estimant que la femme de Tignous « n’a rien à faire » à leur marché, a déploré le libraire.