Attentats à Paris: Le président du CFCM juge «inadmissibles» les propos de l'imam de Brest

SOCIETE Dans une vidéo postée sur internet il y a plus d'un an, l'imam Houdeyfa explique à des enfants que celui qui écoute de la musique risque d'être transformé en porc ou en singe...

M.C. avec AFP
— 
Le président du Conseil français du culte musulman Anouar Kbibech à Brest, le 27 novembre 2015.
Le président du Conseil français du culte musulman Anouar Kbibech à Brest, le 27 novembre 2015. — FRED TANNEAU / AFP

Pour le président du Conseil français du culte musulman, les propos intégristes tenus par l'imam de Brest sont «inadmissibles» et «condamnables à plusieurs titres». Anouar Kbibech réagissait vendredi à une vidéo, postée sur internet il y a plus d'un an, où l'on voit l'imam Houdeyfa expliquer à des enfants que celui qui écoute de la musique risque d'être transformé en porc ou en singe.

>> A lire aussi: Qui est Rachid Abou Houdeyfa, l'imam salafiste quiétiste de Brest?

Face à l'avalanche de réactions provoquées par ces propos, le jeune prédicateur, qui poste régulièrement des vidéos de ses prêches, avait affirmé que ses paroles n'étaient pas à prendre au premier degré, et même déclaré les «regretter amèrement».

Le prophète n'a «jamais dit ce type de monstruosités»

«On ne peut pas tenir ce type de discours, vis-à-vis de mineurs en plus», a jugé Anouar Kbibech, expliquant que le prophète n'avait «jamais dit ce type de monstruosités». «Ces propos ne tombent pas forcément sous le coup de la loi et donc pour le moment on se trouve un peu démunis», a-t-il reconnu, notant cependant que la mise en place d'une «certification» des imams, annoncée onze jours après les attentats de Paris, était en mesure de «prévenir ou empêcher ce type de discours dans les mosquées».

>> A lire aussi: Perquisitions à la mosquée de Brest

Le CFCM a annoncé mardi la mise en oeuvre d'une «certification» des imams en espérant qu'elle permettra, même si elle n'est pas un passage obligé, de promouvoir un «islam ouvert» face à la radicalisation djihadiste. «On commence déjà à avoir des réactions positives de la part d'un certain nombre d'imams et de mosquées», a souligné Anouar Kbibech avant une conférence donnée à l'Université de Bretagne Occidentale (UBO), à Brest, intitulée «L'islam de France entre réforme et renouveau».

«Tout le monde fait des erreurs dans la vie»

Plus de 200 personnes assistaient à la rencontre, parmi lesquelles l'imam Houdeyfa. Ce dernier a assuré à l'Agence France Presse au terme de la conférence «regretter amèrement» certains de ses propos. «Tout le monde fait des erreurs dans la vie», a-t-il souligné, jugeant «très positive» la mise en place à venir d'une «certification» des imams. «Je suis pour», a-t-il affirmé.

>> A lire aussi: Pour l'imam de Brest, ces attentats «n'ont rien à voir avec l'islam»

Interrogé vendredi soir sur les propos de l'imam, Manuel Valls a déclaré qu'«on ne [pouvait] pas laisser sans réponse certaines choses». «La question du droit, il faut y travailler», a-t-il ajouté, alors que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait reconnu au sujet de cette vidéo que le droit en l'état ne permettait pas d'intervenir.