Attentats à Paris: «Les dons de sang ont augmenté de 280% en Ile-de-France après les attaques»

ENTRETIEN Après cet afflux sans précédent, le responsable des prélèvements en Ile-de-France pour l’Etablissement français du sang, Djamel Benomar, annonce que les donneurs seront rappelés à partir du 14 décembre…

Vincent Vantighem

— 

Donneurs de sang rue Alibert à Paris au lendemain des attentats du 13 novembre 2015.
Donneurs de sang rue Alibert à Paris au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. — LIONEL URMAN/SIPA

Il fait ce métier depuis 28 ans. Et Djamel Benomar n’avait « jamais vu ça ». Responsable des prélèvements en Ile-de-France pour l’Etablissement français du sang (EFS), ce médecin a accepté de se confier pour 20 Minutes sur la mobilisation des donneurs, deux semaines après les attentats du 13 novembre ayant fait 130 morts et 350 blessés, selon un dernier bilan.

Pouvez-vous décrire l’ampleur de la mobilisation des donneurs de sang en région parisienne après les attentats du 13 novembre ?

C’est simple : les gens m’ont scotché ! La semaine du samedi 14 au samedi 21 novembre, les dons du sang ont progressé de 280 % en Ile-de-France par rapport à 2014. Sachant que nous avons, en plus, annulé les collectes prévues le dimanche 15 novembre pour des raisons de sécurité.

>> Les faits : Mobilisation exceptionnelle pour donner son sang

Qu’est ce que cela vous inspire ?

Le plus grand respect. Mes collègues en région me disent toujours que le « Parisien est difficile à mobiliser pour une cause ». Les Parisiens en question leur ont apporté la preuve du contraire ! Je n’avais jamais vu ça. Je tiens à préciser que les gens se sont mobilisés alors même que les autorités leur déconseillaient de sortir de chez eux !

File d’attente de donneurs de sang à l’hôpital Pompidou, le 14 novembre. (V.VANTIGHEM)

Avez-vous pu gérer cet afflux de donneurs ?

Oui parce que, si les donneurs se sont mobilisés, les collaborateurs de l’Etablissement français du sang en ont fait autant. La semaine qui a suivi les attaques, nous avions 80 % de nos collaborateurs sur le terrain. Certains sont revenus de congés. Et ceux qui étaient absents avaient de très bonnes raisons de l’être…

Des médecins et des infirmiers nous ont aussi naturellement proposé leur aide. A l’hôpital Pompidou par exemple, des infirmiers nous ont aidés à gérer les files d’attentes, à donner à manger aux gens, à les rassurer…

>> Relire notre reportage à l’hôpital Pompidou le lendemain des attentats

Assistez-vous à un retour à la normale ?

Depuis hier [jeudi], les choses se calment. Et c’est très bien. Il ne s’agit pas de prélever des produits sanguins pour qu’ils se périment.

Vous avez incité certains donneurs à reporter leurs dons pour éviter l’engorgement. Allez-vous les recontacter ?

Bien sûr. Face à l’afflux, nous avons distribué des tickets de « promesses de dons » pour profiter dans le temps de cette mobilisation. Nous allons commencer à rappeler les gens à partir du 14 décembre. Les dernières semaines de décembre sont souvent les plus compliquées pour nous en raison des vacances d’hiver et des épidémies de gastro-entérite ou de grippe. Nous allons donc rappeler ces gens pour qu’ils puissent venir, à leur tour, faire un don.

>> Mobilisation : Les donneurs de sang appelés à reporter leurs dons

Pour savoir où donner son sang : www.dondusang.netRubrique « Où donner ? »