Islam: Michel Onfray renonce à publier son essai critique en France

RELIGION Selon son éditeur, le philosophe, qui veut fermer son compte Twitter, est «convaincu qu'aucun débat serein n'est plus possible en France au sujet de l'Islam»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le philosophe Michel Onfray, à l'ouverture de l'Université populaire de Caen, à Hérouville-Saint-Clair, dans le nord-ouest de la France, le 15 octobre 2010
Le philosophe Michel Onfray, à l'ouverture de l'Université populaire de Caen, à Hérouville-Saint-Clair, dans le nord-ouest de la France, le 15 octobre 2010 — Charly Triballeau AFP

Pour lui, « aucun débat serein n'est plus possible en France » sur l'islam. Le philosophe Michel Onfray a donc renoncé à publier en France son essai critique sur cette religion, a annoncé ce vendredi son éditeur Grasset.

>> VIDEO. Michel Onfray dénonce les bombardements français contre les djihadistes de Daesh

« Michel Onfray, convaincu qu'aucun débat serein n'est plus possible en France au sujet de l'Islam dans le contexte actuel, renonce à publier Penser l'Islam comme prévu au mois de janvier 2016», a indiqué Grasset à l'AFP. Le livre paraîtra cependant « à l'étranger ».

« Pas l'ami des religions »

L'ouvrage devait être publié le 27 janvier. Il était annoncé comme un livre d'entretien entre le philosophe et la journaliste algérienne Asma Kouar.

Dans la foulée, Michel Onfray a également décidé de fermer son compte Twitter. « J'en ai assez que mes tweets soient plus importants que mes livres, a-t-il confié au Point. J'ai pris la décision de fermer mon compte Twitter. Je veux retourner dans mon bureau. Commenter les commentaires, ça ne m'intéresse pas. »

« Depuis son Traité d'athéologie, nul n'ignore que Michel Onfray n'est pas l'ami des religions - qu'il considère, en homme des Lumières, comme des maladies propices à la haine, au fanatisme, à la négation des corps. Evidemment, l'islam ne fait pas exception à cette critique radicale - au contraire... », affirmait son éditeur en octobre dans la fiche de présentation de ce livre qui devait compter environ 200 pages.

Michel Onfray a lu le Coran « de très près », affirmait son éditeur. « De telle sorte qu'il ne craint pas d'y percevoir - comme dans les autres monothéismes - de fréquentes apologies de la violence et de la guerre », ajoutait-il.

« Citant de nombreuses sourates, confrontant les interprétations, il place les musulmans devant la réalité d'un texte qui, à côté de ces élans sublimes, fait également la part belle à la cruauté, à la haine des femmes, à l'esprit de conquête », avait mis en avant Grasset.

Récupéré par Daesh

Depuis, il y a eu les attentats du 13 novembre et Michel Onfray a fait entendre une voix discordante en dénonçant « la politique islamophobe » de Paris, des propos polémiques récupérés par la propagande jihadiste.

L'organisation de l'Etat islamique (Daesh) a utilisé les propos du philosophe dans une vidéo de propagande. « Le travail du philosophe est de mettre en perspective ce qui est avec les conditions qui ont rendu possible ce qui advient », a expliqué Michel Onfray après cette vidéo.

« Je ne défends pas l'Etat islamique », a-t-il insisté. Interrogé sur l'utilisation de son discours par l'organisation de l'Etat islamique, il explique qu'« on est toujours instrumentalisé par tout le monde ».