COP21: Privés de marche, les défenseurs du climat inventent des alternatives

ENVIRONNEMENT Des dizaines de milliers de personnes étaient attendues dimanche à Paris pour la marche pour le climat, annulée après les attentats du 13 novembre...

Laure Cometti

— 

Des personnes manifestent à Paris, le 21 septembre 2014, pour la lutte contre le réchauffement climatique.
Des personnes manifestent à Paris, le 21 septembre 2014, pour la lutte contre le réchauffement climatique. — RANCOIS GUILLOT / AFP

Des pas symboliques, des manifestants virtuels ou une grande chaîne humaine statique. Après l’interdiction de la grande marche pour le climat qui devait avoir lieu dimanche 29 novembre à Paris, en ouverture de la COP 21, les associations et militants engagés pour l’environnement ont dû improviser pour trouver des alternatives.

Envoyer ses souliers

« Nos chaussures en marche pour le climat » est l’initiative la plus étonnante et peut-être la plus symbolique. Le principe : exposer les chaussures des manifestants place de la République, en lieu et place de leur propriétaire. Depuis lundi et jusqu’à samedi, vous pouvez déposer une paire de souliers assortie d’un message dans l’un des 15 points de collecte.

L’association Avaaz, qui a lancé l’idée de ce « rassemblement symbolique », en a déjà reçu « plusieurs milliers », entreposées dans une salle prêtée par la mairie du Xe arrondissement. Parmi tous ces souliers, une paire envoyée par le pape François et ornée du message Laudato Si (Loué sois-tu, titre de l’encyclique papale sur la protection de la planète), ainsi que « la légendaire paire de Converse de Laurence Tubiana, l’ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique », se réjouit Marie Yared, responsable des campagnes Avaaz France.

Depuis lundi, des internautes du monde entier qui postent des photos de leurs chaussures décorées et ornées de slogans pour la planète. Tous ces souliers seront disposés « comme des pas qui avancent » sur la place de la République, dimanche, de 9h30 à 13h30, avant d’être donnés à des associations, pour ceux qui sont en bon état. « C’est moins convivial et visible qu’une marche, mais l'alternative est poétique et permet de faire une bonne action en même temps », estime Sophie, qui va participer.

 

Crédits : Avaaz

Se faire parrainer par un autre marcheur

Les associations de défense de la planète France Nature Environnement, la Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace et WWF ont aussi lancé une alternative symbolique, March4me, qui permet aux marcheurs empêchés de manifester de se faire parrainer par d’autres marcheurs dans le monde.

Faire du bruit

Autre option qui ne nécessite pas de descendre dans les rues de Paris, The Great Clamor («La Grande Clameur»), invite les citoyens à faire du bruit, tous les jours du 29 novembre au 12 décembre, durant 15 minutes, à midi les week-ends et à 20 h les jours de semaine. «On peut occuper la rue en marchant, oui, mais on peut aussi l’occuper en faisant du son, et même de la musique», lancent les organisateurs de l'événement.

Marcher en mode 2.0

Des partis écolos européens ont pour leur part mis au point Standup4climate, un site qui permet aux internautes de manifester virtuellement. Il suffit de choisir un lieu et en quelques clics, une figurine à votre nom est placée sur la carte. Plusieurs centaines de « marcheurs virtuels » se sont ainsi inscrites à Paris.

Se donner la main

La coalition climat 21, qui regroupe 130 organisations, a prévu de contourner l’interdiction en organisant dimanche midi une chaîne humaine géante dans Paris. Main dans la main, les volontaires formeront une file immobile de la place de la République à celle de la Nation. Selon les organisateurs, la chaîne humaine n’obstruera pas la circulation sur la voie publique, et étant statique, elle ne devrait pas être en contradiction avec l’arrêté préfectoral interdisant les rassemblements en région parisienne.

>> A lire aussi: COP21: La menace des Black Blocs se greffe à celle des attentats