Etat d’urgence: Comment les forces de l'ordre vont sécuriser la COP21

POLICE Des mesures d'interdiction de circuler et des renforts de policiers ont été prises pour l'organisation de la COP21 dans un contexte de menace terroriste...

William Molinié

— 

Illustration. Opération de police dans le quartier du Neuhof. Le 03 11 2009
Illustration. Opération de police dans le quartier du Neuhof. Le 03 11 2009 — G. VARELA / 20 MINUTES

De l’état d’urgence à l’état de siège ? Des mesures inédites de sécurité vont être mises en place pour sécuriser la COP21 qui doit s’ouvrir lundi prochain. Un rendez-vous hors du commun puisque 147 chefs d’Etat et de gouvernement doivent se retrouver au Bourget (Seine-Saint-Denis). Dans un contexte d’état d’urgence décrété après les attentats de Paris et de Saint-Denis du 13 novembre, les autorités ont pris des mesures « exceptionnelles » pour garantir la sécurité des délégations étrangères.

Renforts de policiers et de gendarmes

11.000 policiers et gendarmes seront mobilisés du 30 novembre au 13 décembre autour de la COP21. Aux frontières, ils seront 8.000 à être déployés, alors que la France a rétabli ses contrôles aux frontières depuis le 13 novembre au matin, une disposition permise par le code Schengen. Par ailleurs, 2.800 hommes supplémentaires seront mobilisés pour la sécurité à proprement parler du site de la COP21 au Bourget. A Paris, 800 membres des forces de l’ordre seront affectés à la circulation. Dans la capitale, les policiers auront 43 « points à tenir » 24h/24, correspondant aux lieux de résidence des chefs d’Etat et de leurs délégations. Les dimanche 29 et lundi 30 novembre, journées jugées les plus « chaudes », 6.300 policiers, gendarmes et forces mobiles seront mobilisés sur l’agglomération parisienne pour gérer les arrivées aux aéroports, organiser les allées et venues des personnalités, et sécuriser les transports en commun.

Fermetures de voies de circulation

La préfecture de police distingue deux temps de fermetures : le dimanche 29 novembre, le lundi 30 novembre.

Dimanche, de 16h à 22h. L’A1 entre Roissy et Paris sera coupée. Tout comme le segment entre Orly et Paris sur l’A106 et l’A6. Tout comme le périphérique extérieur entre la porte de la Chapelle et la porte de Saint Cloud et le périphérique intérieur entre la porte d’Orléans et la porte de Saint Cloud. La voie Georges-Pompidou entre la porte de Saint-Cloud et la place de la Concorde sera aussi interdite à la circulation.

Lundi, de 6h à 21h. L’A1 entre Paris et Le Bourget sera coupée ainsi que le périphérique ouest entre la porte d’Asnières et la porte de la Chapelle. Dans Paris intra muros, il ne sera pas possible de circuler entre la place de la Concorde et la porte d’Asnières via la place de la Madeleine et le boulevard Malesherbes.

La circulation sur ces axes sera rétablie le 1er décembre. Mais jusqu’au 13 décembre, date de fin de la COP21, des mesures spécifiques pourront être prises. La préfecture de police recommande aux particuliers d’utiliser les transports en commun et d’identifier en amont les itinéraires de substitution. Les entreprises sont aussi invitées à éviter les déplacements de leurs personnels, de reporter les livraisons non indispensables prévues les 29 et 30 novembre et de privilégier le télétravail des employés.

Dispositif de circulation mis en place pour la COP21 publié par Fil_actu

Gratuité dans les transports

Pour inciter les Franciliens à laisser leur voiture au garage pendant ces deux journées, les transports seront gratuits dimanche et lundi. La fréquence des trains sur la Ligne 7 et le RER B (axes entre Paris et Le Bourget) sera renforcée pour ces deux journées, avec une rame toutes les minutes et demie. Par ailleurs, le préfet de police, Michel Cadot, n’a pas exclu devant la presse ce mercredi matin « un renforcement des contrôles » voire des fouilles dès « l’entrée des wagons ».

Interdiction de manifester

Outre les mesures de sécurité, le préfet de police a interdit les manifestations sur la voie publique dans les départements de la région d’Ile-de-France jusqu’au lundi 30 novembre à minuit. Les rassemblements « statiques et pacifiques » seront tolérés sur les lieux de commémoration aux victimes des attentats, notamment Place de la République. « Je comprends qu’il y a un besoin d’expression », a indiqué Michel Cadot, prévenant qu’il prendrait des mesures d’interdiction si ces rassemblements de commémoration se transformaient « en défilé » ou manifestation publique, consommateurs de forces de l’ordre s’ajoutant aux difficultés déjà liées à la menace terroriste et à la sécurité de la COP21.

 

Dispositif de sécurité mis en place pour la COP21