VIDEO. Attentats à Paris: Qui est Mohamed Abrini, le complice présumé de Salah Abdeslam?

TERRORISME Ce Belgo-Marocain recherché par la police est soupçonné d’avoir aidé les terroristes à organiser les attentats du 13 novembre…

L.C.

— 

Mohamed Abrini, suspect des attentats de Paris.
Mohamed Abrini, suspect des attentats de Paris. — Police fédérale

C’est le deuxième homme le plus recherché d’Europe. Mohamed Abrini, est soupçonné d’être l’un des complices des attaques terroristes du 13 novembre. La justice belge a lancé mardi un mandat d’arrêt international contre ce Belgo-Marocain âgé de 30 ans, qui aurait aidé les terroristes à préparer les attentats perpétrés à Paris et Saint-Denis et revendiqués par l’organisation terroriste Etat islamique.

Filmé avec Salah Abdeslam deux jours avant les attentats

Le mandat d’arrêt a été lancé après que Mohamed Abrini a été identifié en compagnie du suspect-clé, Salah Abdeslam, deux jours avant les attentats. Le 11 novembre vers 19h, il se trouvait dans une station-service de Ressons (Oise), au nord de Paris, selon des images de vidéosurveillance. Il était au volant de la Clio noire qui a servi deux jours plus tard à commettre les attentats, selon le parquet belge.

Photo by REX Shutterstock (5430971e) Mohamed Abrini - sought by police in Belgium and France - Mohamed Abrini - 24 Nov 2015

Mohamed Abrini a également été aperçu le 12 novembre, la veille des attentats, à 3 heures du matin à Bruxelles. Il était à nouveau avec Salah Abdeslam, probablement en route pour Paris. N’a-t-il joué qu’un rôle de chauffeur, ou bien a-t-il également servi d’artificier ? Les enquêteurs envisagent plusieurs hypothèses. Si la chaîne Itélé présente Mohamed Abrini comme un « féru d’explosifs », cette information n’est pas confirmée par les autorités. D’après l’appel à témoins publié par la police belge, Mohamed Abrini serait né le 27 décembre 1984. Il mesurerait 1m75 et serait de « corpulence athlétique », avec « la peau mate, les yeux bruns, les cheveux foncés et le visage fin ».

De Molenbeek à la Syrie

D’après le quotidien belge Le Soir, Mohamed Abrini serait originaire de Molenbeek, comme les frères Salah et Brahim Abdeslam (l’un des kamikazes de Paris) et Abdelhamid Abaaoud (le cerveau présumé des attentats). Se connaissaient-ils ? Mohamed Abdeslam, le frère des deux terroristes présumés, a semblé le confirmer. « Je ne le connais pas personnellement mais je l’ai déjà vu car il fait partie de mon voisinage, je l’ai vu avec mon frère », a-t-il affirmé sur RTL.

Le reste de son passé est plus flou. Il aurait séjourné en Syrie. « Nous ne sommes pas à 100 % sûrs qu’il soit vraiment allé là-bas. C’est une information en cours de vérification », nuance Eric Van Der Sypt, le porte-parole du parquet fédéral belge, interrogé par L’Express. Selon le quotidien belge Le Soir, il avait été « radié des registres de la population belge » après son retour présumé en Syrie. Il était fiché par l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM), écrit La Nouvelle Gazette.

Un délinquant de droit commun

La Nouvelle Gazette ajoute que Mohamed Abrini « a déjà fait l’objet de plusieurs condamnations mais pour du droit commun ». Une information confirmée par le parquet belge. Mohamed Abrini « a été condamné à plusieurs reprises pour des délits de droit commun, principalement pour des vols avec violence, depuis sa majorité jusqu’à récemment ». Il avait purgé une courte peine de prison.

Selon RTBF, il était associé dans une société, la SPRL Tamimi, de septembre 2013 à décembre 2014. Le siège de cette société, se trouve rue Ransfort, où la police belge a récemment mené des perquisitions après les attentats de Paris. L’objet de cette société n’est pas clair, selon la presse belge, mais Tamimi avait été déclarée en faillite par l’Etat belge le 10 juillet 2015. La Nouvelle Gazette affirme en outre que le jeune homme a été le gérant d’une épicerie aux Étangs Noirs à Molenbeek.