Attentats à Paris: La police lance un appel à témoin pour identifier le 3e kamikaze du Stade de France

TERRORISME L'individu aurait lui aussi emprunter la route des migrants en se mêlant aux réfugiés et a été contrôlé en octobre en Grèce...

20 Minutes avec AFP

— 

Un appel à témoins de la police française diffusé le 22 novembre 2015
Un appel à témoins de la police française diffusé le 22 novembre 2015 — - POLICE NATIONALE

La police française a diffusé dimanche un appel à témoins, assorti d’une photo, pour identifier « le troisième auteur décédé d’un des attentats commis le 13 novembre au Stade de France ».

Les enquêteurs avaient annoncé vendredi que ce kamikaze, qui s’est fait exploser rue Jules-Rimet à proximité de la porte H du Stade de France, avait été enregistré le 3 octobre sur l’île grecque de Leros, en même temps qu’un autre kamikaze, dont la photo a déjà été diffusée par la police mais qui reste non identifié (ci-dessous).

Un seul des trois auteurs des attaques suicides du Stade de France a pour l’instant été identifié : il s’agit de Bilal Hadfi, un Français de 20 ans qui résidait en Belgique.

Lors de son enregistrement en Grèce parmi d’autres migrants, l’homme visé par cet appel à témoins avait présenté un passeport syrien au nom de Mohammad al-Mahmod, avait précisé vendredi une source proche de l’enquête.

>> A lire aussi : Qui est Bilal Hadfi ?

Lui et l’autre kamikaze, qui s’est fait exploser à la porte D de l’enceinte dyonisienne pendant que se jouait le match amical de football France-Allemagne, avaient ensuite pris un ferry pour le port du Pirée en Grèce, le 8 octobre. Empruntant la route des migrants, ils auraient alors pris le chemin de la Serbie.

Les enquêteurs sont par ailleurs toujours à la recherche de Salah Abdeslam (appel à témoin ci-dessous), qu’ils soupçonnent d’avoir été exfiltré vers la Belgique.

Les attaques suicides au Stade de France avaient fait un mort. Au total, les attentats du 13 novembre, qui ont également visé la salle de spectacle du Bataclan et des terrasses de plusieurs bars et restaurants parisiens, ont fait 130 morts et quelque 350 blessés.