Attentats à Paris: Qui sont les 20 personnes mises en cause dans l'enquête?

TERRORISME « 20 Minutes » revient sur les principales avancées depuis les tueries du 13 novembre…

Céline Boff

— 

Un drapeau tricolore flotte devant le restaurant parisien Le Petit Cambodge, l'un des 6 lieux visés par les attaques terroristes du 13 novembre 2015, revendiquées par Daesh.
Un drapeau tricolore flotte devant le restaurant parisien Le Petit Cambodge, l'un des 6 lieux visés par les attaques terroristes du 13 novembre 2015, revendiquées par Daesh. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

L’enquête sur les auteurs des attaques terroristes du 13 novembre, qui ont fait 352 blessés et 130 morts à Paris et à Saint-Denis, progresse. 20 Minutes fait le point sur ce que l'on sait et sur ce qu'on ignore encore, ce dimanche à 20h.

Le commando du Stade de France

1. Un homme, décédé. Il est le premier à s’être fait exploser aux abords du Stade de France. Il avait été contrôlé le 3 octobre sur l’île grecque de Leros avec un passeport syrien établi au nom d’Ahmad Al Mohammad - un soldat décédé comme l’ont depuis établi les enquêteurs. Son nom et sa nationalité sont toujours inconnus.

 

2. Un homme, décédé. Le deuxième terroriste qui s’est fait exploser rue Rimet, devant la porte H du Stade de France, n’a toujours pas été identifié. Mais lui aussi avait été contrôlé le 3 octobre dernier sur l’île grecque de Leros. Les forces de l’ordre viennent de lancer un appel à témoin pour mettre un nom sur son visage.

 

3. Bilal Hadfi, décédé. Ce Français de 20 ans résidant en Belgique s’est fait exploser rue de la Cokerie, à 400 mètres du Stade de France, à 21h53. Il avait séjourné en Syrie. Son portrait à lire par ici.

 

Le commando du Bataclan

4. Samy Amimour, décédé. Ce Français de 28 ans, ancien conducteur de bus de la RATP, était l’un des assaillants du Bataclan. Visé par un mandat d’arrêt international, il était parti il y a deux ans s’installer en Syrie d’où son père avait vainement tenté de l’exfiltrer. Son portrait à lire par ici.

 

5. Ismaïl Omar Mostefaï, décédé. Ce Français de 29 ans s’est fait exploser au Bataclan. Il a été identifié par son doigt sectionné, découvert dans l’enchevêtrement des corps gisant dans la salle de concert. Il avait séjourné en Syrie. Son portrait à lire par ici.

 

6. Un homme, décédé. Le troisième terroriste décédé au Bataclan n’a toujours pas été identifié.

 

 

Le commando des terrasses

7. Brahim Abdeslam, décédé. Ce Français de 31 ans, résidant en Belgique, s’est fait sauter au Comptoir Voltaire, un restaurant du boulevard Voltaire, faisant des blessés graves, mais aucun mort. Il avait auparavant participé aux fusillades des terrasses dans les 10e et 11e arrondissements. C’est lui qui avait loué la Seat retrouvée le 14 novembre à Montreuil. Son portrait à lire par ici.

8. Abdelhamid Abaaoud, décédé. Ce Belgo-Marocain de 28 ans, présenté comme le « cerveau » des attentats du 13 novembre, est mort le 18 novembre dans l’assaut policier de Saint-Denis. Les enquêteurs pensent qu’il a participé aux tueries des terrasses – ses empreintes ont été retrouvées sur l’une des kalachnikovs présentes dans la Seat abandonnée à Montreuil, ville où une caméra de surveillance l’a également filmé dans la nuit du 13 novembre. Son portrait à lire par ici.

9. Un troisième homme, en fuite ou décédé dans l’assaut policier de Saint-Denis. Les policiers n’ont pas encore de certitudes sur son identité.

 

 

Les autres terroristes

10. Salah Abdeslam, en fuite. Les enquêteurs ont d’abord pensé que ce Français de 26 ans, frère du terroriste qui s’est fait exploser boulevard Voltaire, avait participé aux tueries des terrasses, mais ils l’ont localisé le soir des attentats dans le 18e arrondissement de Paris. Il a pu convoyer les kamikazes du Stade de France, avant de rejoindre le 18e, où il était peut-être chargé de mener une attaque avant de se dégonfler – Daesh a en effet revendiqué un acte dans cet arrondissement, mais il n’a pas eu lieu. Les deux hommes qui l’ont exfiltré de France dans la nuit du 13 au 14 novembre l’ont trouvé « extrêmement énervé » et « peut-être prêt à se faire sauter ». Seules certitudes : il avait loué deux voitures, la Clio du 18e et la Polo du commando du Bataclan, et avait réservé deux chambres dans une résidence hôtelière d’Alfortville, près de Paris. 

11. Un homme, décédé. Le kamikaze qui s’est fait exploser lors de l’assaut policier à Saint-Denis n’a pas été identifié. Son ADN est inconnu de la police française. Il pourrait être le troisième homme du commando qui a mitraillé les terrasses des 10e et 11e arrondissements.


12. Hasna Aitboulahcen, décédée. Cette Française de 26 ans, cousine d’Abdelhamid Abaaoud, est morte dans l’assaut policier de Saint-Denis. Mais pas en kamikaze. Son rôle est encore flou. Son portrait à lire par ici.

13. L’artificier. Des spécialistes, qui ne participent pas à l’enquête, doutent que le fabricant des vestes explosives portées par les assaillants soit décédé dans les attentats du 13 novembre. S’est-il fait exploser à Saint-Denis lors de l’assaut policier ? Est-il en fuite ou écroué ?

 

14. Abraimi Lazez, écroué. Ce Marocain de 39 ans, domicilié à Jette, commune située à quelques kilomètres de Bruxelles, a été placé sous mandat d’arrêt vendredi. Les enquêteurs belges le soupçonnent d’avoir prêté main-forte à Salah Abdeslam après les attentats parisiens. L’homme a été interpellé au volant d’une Citroën à l’intérieur de laquelle ont été retrouvées une arme et des traces de sang. Des analyses seraient en cours afin de déterminer s’il s’agit du sang du conducteur ou éventuellement du sang du principal suspect, Salah Abdeslam..

Les « proches » des terroristes

15. Jawad Bendaoud, en garde à vue. Cet homme d’environ 30 ans est celui qui a fourni un appartement de repli à Saint-Denis à Abdelhamid Abaaoud, sans doute à la demande de Hasna Aitboulahcen. Sa garde à vue, qui a débuté mercredi, a été prolongée dimanche pour 24 heures.

16. Ahmad Dahmani, écroué. Ce Belge de 26 ans est soupçonné d’avoir participé au repérage des cibles des attentats parisiens. Il a été arrêté le 20 novembre dans un hôtel de la station balnéaire d’Antalya, en Turquie, où il était arrivé le 14 novembre en provenance d’Amsterdam. Plus d’infos par ici.

17. Mohamed Amri, écroué. Ce Français de 27 ans qui vit à Molenbeek (Belgique) est allé chercher Salah Abdeslam à Paris après les tueries pour le ramener en Belgique.

 

18. Hamza Attou, écroué. Cet homme de 21 ans, résidant en Belgique, est allé, avec Mohamed Amri, chercher Salah Abdeslam à Paris pour le ramener en Belgique.

 

Les voix de Daesh

19. Fabien Clain, recherché. Ce Français de 35 ans est la voix qui a revendiqué les attentats du 13 novembre au nom de Daesh. Il aurait rejoint la Syrie en 2014, en compagnie de sa femme et de ses trois enfants, mais serait depuis revenu à plusieurs reprises en France, à Alençon (Orne). Une perquisition administrative a été menée vendredi matin chez sa cousine à La Ferté-Macé, à une quarantaine de kilomètres d’Alençon, où plusieurs armes ont été découvertes.

20. Jean-Michel Clain, recherché. La voix de ce Français de 34 ans, frère de Fabien, aurait elle aussi été identifiée dans les chants accompagnant le message de revendication de Daesh suite aux attentats de Paris.