Attentats à Paris: «Je préfère voir mon frère en prison plutôt qu'au cimetière», explique Mohamed Abdeslam

TERRORISME Mohamed Abdeslam a exhorté son frère Salah, suspect-clé des attaques du vendredi 13 novembre 2015 et introuvable depuis, à se rendre à la police...

J. H.

— 

Mohamed Abdeslam exhorte son frère Salah de se rendre à la police.
Mohamed Abdeslam exhorte son frère Salah de se rendre à la police. — Leila Khemissi/AP/SIPA

« J’ai vu mes deux frères deux-trois jours avant leur départ. Pas d’adieu, pas d’au revoir », raconte, ce dimanche, Mohamed Abdeslam à la chaîne de télévision belge RTBF. Brahim s’est fait exploser dans un restaurant à Paris vendredi 15 novembre 2015 et Salah est, depuis, devenu l’ennemi public numéro un, pour la presse en Belgique, où la fratrie habitait.

>> A lire : Abaaoud mort, la traque se recentre sur Salah Abdeslam

Salah Abdeslam, 26 ans, suspect-clé des attaques de Paris et Saint-Denis qui ont fait 130 morts, a disparu dans la nature et est activement recherché. « Nous préférons le voir en prison plutôt que dans un cimetière », exhorte Mohamed Abdeslam.

« Nous ne savons pas s’il a tué des gens »

« C’est plus que mon espoir, c’est ma conviction. Salah est quelqu’un de très intelligent, je pense qu’en dernière minute, Salah a décidé de rebrousser chemin », a-t-il affirmé en appelant de nouveau son jeune frère, introuvable depuis neuf jours, à se rendre.

A Paris le vendredi des attentats, il aurait été exfiltré vers la Belgique, selon deux hommes - écroués à Bruxelles pour terrorisme - qui disent l’avoir aidé. Selon l’avocate de l’un d’entre eux, durant le trajet, il semblait « extrêmement énervé » et « peut-être prêt à se faire sauter ». « Nous ne savons pas encore si Salah a tué des gens, s’il était à des lieux précis où les attentats ont eu lieu », a affirmé dimanche Mohamed Abdeslam.

« Apporter des réponses »

Malgré le drame, Mohamed Abdeslam refuse de dire si ses deux frères Salah et Brahim s’étaient radicalisés : « J’ai plutôt l’impression qu’ils ont été manipulés ». Lui-même, a été arrêté, avant d’être relâché après 36 heures de garde à vue. « J’ai apporté des éléments qui ont montré que je n’avais rien à voir avec tout cela, que je n’étais pas à Paris. J’ai donné mon GSM, je n’avais rien à cacher. »

Le frère des deux terroristes assure qu’il ignorait tout de leurs projets. « Nous souhaitons que Salah se rende, pour qu’il puisse apporter des réponses à nous, sa famille, et aux familles des victimes. »