VIDEO. Michel Onfray dénonce les bombardements français contre les djihadistes de Daesh

SOCIETE «Je suis un citoyen philosophe qui estime qu'il faut sauver la paix», dit celui qui estime que «la France s'est engagée un peu à la légère derrière George Bush» lors de la guerre en Irak...

M.C. avec AFP

— 

Le philosophe Michel Onfray sur iTélé le 21 novembre 2015.
Le philosophe Michel Onfray sur iTélé le 21 novembre 2015. — iTélé

«Bombarder l'Etat islamique ne permettra pas de calmer les jeunes soldats de l'EI qui sont partout dans les banlieues en France», estime Michel Onfray. Le philosophe a dénoncé samedi sur ITélé les bombardements de l'aviation française contre les djihadistes de Daesh en Syrie, en expliquant «vouloir être utile» pour «sauver la paix».

«Est-ce qu'il n'y a pas des chancelleries, des diplomaties, des pays avec lesquels on pourrait envisager autre chose que bombarder l'Etat islamique?», a-t-il demandé. Michel Onfray était interrogé sur une nouvelle vidéo, diffusée samedi par Daesh, évoquant les attentats de Paris qui ont fait 130 morts, qu'il avait déjà revendiqués, selon le centre de surveillance des sites islamistes (SITE).

>> Suivre les événements en direct sur 20minutes.fr

>> A lire aussi: Les réponses aux questions des internautes sur les attentats

«On est toujours instrumentalisé par tout le monde»

Cette vidéo comprend des extraits d'interviews du philosophe où il demande de «cesser de bombarder les populations musulmanes sur la totalité de la planète». Au lendemain des attentats, Michel Onfray avait publié sur son compte Twitter: «Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l'islam politique récoltent nationalement la guerre de l'islam politique».

Interrogé sur l'utilisation de ses propos dans cette vidéo de propagande de Daesh, Michel Onfray a estimé qu'«on est toujours instrumentalisé par tout le monde». «Je ne défends pas l'Etat islamique», a-t-il dit. Mais, a-t-il ajouté, «la France a mené une politique qui est présentée par l'EI comme une politique de croisés». Selon lui, «la France s'est engagée un peu à la légère derrière George Bush» lors de la guerre en Irak.

«Je suis un citoyen philosophe qui estime qu'il faut sauver la paix», s'est-il justifié. «Mon travail de philosophe consiste à mettre en perspective les choses», a-t-il insisté. «On ne peut se contenter de morale moralisatrice».