EN DIRECT. Attentats à Paris: Un avion turc dérouté après une alerte à la bombe... Les mesures du gouvernement plébiscitées...

LIVE Une semaine après les attaques en France, la capitale belge est en état d'alerte maximale...

C.Q.

— 

Près de la gare centrale de Bruxelles, le 21 novembre 2015. La capitale belge est en état d'alerte pour risque d'attentat.
Près de la gare centrale de Bruxelles, le 21 novembre 2015. La capitale belge est en état d'alerte pour risque d'attentat. — AFP

Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi. Rendez-vous ici pour suivre les événements de ce dimanche.

9h55: A Bruxelles, l’un des terroristes traqués serait armé d’une bombe
Bruxelles est toujours en état de siège ce dimanche matin. Les enquêteurs sont à la recherche de deux terroristes, dont l’un transporterait une bombe, indique le quotidien belge Le Soir. La bombe serait du même type que celles utilisées par les kamikazes à Paris, vendredi soir.

8h28: L'appareil turc s'est posé sans encombre

Un avion de Turkish Airlines devant relier New York à Istanbul a été dérouté vers le Canada en raison d'une alerte à la bombe, a annoncé la police canadienne dimanche.

L'appareil transportant 256 passagers et membres d'équipage a atterri sans problème à Halifax, en Nouvelle-Ecosse, dans l'est du Canada. Les autorités canadiennes «tentent d'établir l'origine de cette menace et d'identifier la ou les personnes responsables».

8h07: Un avion de Turkish Airlines rerouté vers le Canada après une alerte à la bombe

6h53: «Les méchants, c'est pas très gentil»

La vidéo drôle et émouvante du petit Brandon, 6 ans, interviewé par une équipe du Petit journal de Canal+ dimanche dernier alors qu'il était venu se recueillir avec son père sur le lieu des attentats du 13 novembre, a été diffusée par les médias du monde entier. Vendredi, le père et le fils ont été invités sur le plateau de l'émission pour en reparler:

 

4h07: Laurent Fabius répète que Bachar al-Assad «ne peut pas être l'avenir de la Syrie»

Selon le chef de la diplomatie française, «la solution au problème syrien est de nature politique et nous considérons pour notre part que Monsieur Bachar al-Assad ne peut pas être l'avenir de la Syrie». «Il faut éradiquer les terroristes et nous concentrons toutes nos forces pour lutter contre Daesh, ce n'est pas nouveau», a-t-il ajouté, précisant qu'il se rendrait à Washington mardi et à Moscou jeudi avec François Hollande où ils «discuteront de ces questions» avec Vladimir Poutine notamment.

1h25: Salah Abdeslam aurait contacté des amis mardi via Skype, selon la chaîne ABC News

Deux amis du présumé terroriste en fuite auraient confié à la chaîne de télévision américaine avoir eu une conversation Skype avec Salah Abdeslam mardi. Celui-ci leur aurait demandé de l'aide pour rejoindre la Syrie, disant se trouver actuellement dans la région de Bruxelles. Le frère de Salah Abdeslam, Mohamed, aurait confirmé à la chaîne avoir entendu parler de cette conversation et aurait appelé le terroriste présumé à se rendre à la police.

22 h 05 : « Instrumentalisé » par Daesh, Michel Onfray persiste à dénoncer les bombardements en Syrie

Le philosophe français Michel Onfray a dénoncé ce samedi les bombardements de l’aviation française contre les djihadistes de l’organisation de l’Etat islamique en Syrie (EI).

« Bombarder l’EI ne permettra pas de calmer les jeunes soldats de l’EI qui sont partout dans les banlieues en France », a affirmé le philosophe interrogé sur iTélé.

Michel Onfray était interrogé sur une nouvelle vidéo, diffusée ce samedi par le groupe EI évoquant les attentats de Paris qui ont fait 130 morts, qu’il avait déjà revendiqués. Cette vidéo comprend des extraits d’interviews du philosophe où il demande de « cesser de bombarder les populations musulmanes sur la totalité de la planète ». Il a estimé qu'« on est toujours instrumentalisé par tout le monde ». « Je ne défends pas l’Etat islamique », a-t-il dit. Mais, a-t-il ajouté, « la France a mené une politique qui est présentée par l’EI comme une politique de croisés ». Selon lui, « la France s’est engagée un peu à la légère derrière George Bush » lors de la guerre en Irak.

« Je suis un citoyen philosophe qui estime qu’il faut sauver la paix », s’est-il justifié. « Mon travail de philosophe consiste à mettre en perspective les choses, a-t-il insisté. On ne peut se contenter de morale moralisatrice ».

21h30: La police belge recherche au moins deux terroristes

Selon le site du quotidien belge Le Soir, les enquêteurs sont à la recherche de deux hommes, dont l'un serait porteur d'une bombe similaire aux ceintures explosives que portaient les kamikazes du 13 novembre.

21 h : Les Français plébiscitent les mesures du gouvernement, selon deux sondages

Les mesures contre le terrorisme décidées par le gouvernement après les attentats de Paris sont massivement approuvées par les Français. Ce sont deux sondages, l’un réalisé par BVA-Orange-iTélé et publié samedi, l’autre réalisé par Ifop à paraître dans Dimanche Ouest-France, qui l’affirment.

>> A lire aussi : Les principales annonces de François Hollande devant le Congrès de Versailles

Ainsi, selon la première enquête, plus de neuf Français sur dix sont favorables à la création de plusieurs milliers de postes dans la police, la gendarmerie, les douanes et la justice, à l’extension de la déchéance de la nationalité aux binationaux nés Français en cas de condamnation pour des actes de terrorisme et à la mise en place d’un visa et d’une assignation à résidence pour les Français revenant de Syrie. La déchéance de la nationalité est la mesure qui recueille la plus forte adhésion (97 % des sympathisants de droite, 83 % des sympathisants de gauche). Plus de huit sondés sur dix (82 %) sont favorables à l’intervention militaire de la France en Syrie contre l’organisation jihadiste Etat islamique, 27 points de plus qu’en mai dernier. Les Français sont moins unanimes à approuver la réforme de la Constitution visant à instaurer un « régime civil de crise » afin d’agir « contre le terrorisme de guerre », mais 78 % d’entre eux s’y déclarent toutefois favorables.

D’après l’autre sondage, la prolongation de trois mois de l’état d’urgence est approuvée par 91 % des personnes interrogées, le rétablissement des contrôles aux frontières par 94 % et la « déchéance de la nationalité pour les citoyens français en cas d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou d’acte terroriste » atteint 95 % d’avis favorable.

L’assignation à résidence des personnes radicalisées est approuvée par 92 % des sondés et la création de 5 000 nouveaux postes de policiers et gendarmes, de 1 000 postes de douaniers supplémentaires et de 2 500 postes à la Justice par 94 % des Français. La création d’une « garde nationale » composée de réservistes, obtient 86 % d’avis favorables.

 

20 h 30 : Au FN, on accuse le l’Etat et les candidats PS et EELV

La députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a estimé ce samedi que les auteurs des attentats de Paris étaient « le fruit du laxisme de l’Etat ».

« L’islam radical pullule sur notre territoire », a fustigé la petite-fille de Jean-Marie Le Pen, venue à Toulouse soutenir Louis Aliot, tête de liste du Front national aux régionales en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon.

Devant la presse, elle avait peu auparavant déclaré que les dirigeants des gouvernements précédents « n’ont pas passé le Kärcher, comme l’avait promis Nicolas Sarkozy, (…) ils sont délégitimés par les faits ».

La tête de liste du FN pour les régionales en Ile-de-France, Wallerand de Saint Just, a dénoncé de son côté une « responsabilité » à ses yeux de ses concurrents PS et EELV dans les attentats meurtriers de Paris et Saint-Denis.

« @claudebartolone et @emmacosse ont une grande responsabilité, une responsabilité directe à l’égard des victimes des #AttentatsParis », a tweeté le trésorier du FN. Interrogé par l’AFP, il a affirmé avoir tenu ces propos au cours d’une réunion publique à Paris.

Le candidat d’extrême droite a expliqué ainsi ses propos : « Ces deux personnes ont dit que la région Ile-de-France devait être la région fer de lance de l’accueil des réfugiés. Quand on sait qu’au moins deux des djihadistes [impliqués dans les attentats] ont utilisé la filière des réfugiés pour pénétrer sur le territoire, on peut estimer que ces responsables politiques, quand ils parlent ainsi, ont une grande responsabilité qui s’est concrétisée vendredi » dernier.

 

20 h 10 : Le kamikaze de Saint-Denis inconnu de la police

Le kamikaze qui s’est fait exploser mercredi à Saint-Denis n’est pas un homme connu de la police française. Les enquêteurs ont réussi à isoler son ADN grâce à des fragments du corps retrouvés dans les décombres de cet appartement, selon une source policière qui confirme une information d’iTélé. Mais cela n’a pas encore permis d’identifier le terroriste : son ADN ne correspond à celui d’aucune personne déjà condamnée ou mise en cause par la police en France, après comparaison avec le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg).

19h55 : Macron veut une initiative france-allemande en réponse aux attentats

Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron et son homologue allemand Sigmar Gabriel se sont recueillis place de la République à Paris.

« Nous allons faire des propositions concrètes, continuer à travailler pour avoir une initiative franco-allemande en réponse à ce qui vient de se passer, parce que ce n’est pas seulement un défi français, c’est un défi européen », a affirmé Emmanuel Macron aux journalistes présents.

« Nos sociétés attendent des réponses fortes, qui sont des réponses de défense, de sécurité, ce que le président de la République et le Premier ministre ont annoncé et mis en oeuvre cette semaine, mais aussi des réponses en profondeur sur nos économies », a ajouté le ministre.

19 h 30 : La fréquentation des musées accuse le coup

Fermés le week-end dernier après les attentats, certains des plus importants musées parisiens, qui ont rouvert cette semaine, accusent une forte baisse de fréquentation.

Ainsi, le musée d’Orsay a subi une forte baisse (-50 %) du nombre de visiteurs depuis sa réouverture mardi matin, a indiqué la direction. Selon un porte-parole, « le public francilien est plutôt plus au rendez-vous que le public étranger ». Concernant la sécurité, les contrôles ont été « très renforcés en interne » et des militaires patrouillent sur le parvis devant le musée depuis mercredi.

Concernant le Grand-Palais et le musée du Luxembourg, la fréquentation a été « très basse » lundi, a indiqué une porte-parole de la Réunion des musées nationaux (RMN). « Depuis mercredi, on observe une remontée des fréquentations mais cela reste environ à 30 % de moins », a-t-elle ajouté.

Au Centre Pompidou, la fréquentation est également en baisse par rapport à la semaine précédant les attentats, selon un porte-parole qui n’a pas fourni de chiffres.

19 h 20 : Les cotes de popularité de Hollande et Valls remontent

La cote de popularité de François Hollande a crû de 8 points en novembre et celle de Manuel Valls de 3 points, selon un sondage BVA pour Orange et iTélé réalisé après les attentats du 13 novembre et publié samedi. Ces progressions sont toutefois moindres que celles constatées après les attentats de janvier.

Avec 33 % des Français affirmant en avoir une bonne opinion (65 % une mauvaise), contre 25 % le mois précédent, la cote du président de la République a nettement progressé, mais moins qu’après les attentats de janvier, où sa cote avait bondi de dix points.

Le Premier ministre recueille pour sa part 40 % d’opinions favorables (58 % défavorables), contre 44 % en janvier, où sa cote avait progressé de 9 points. Sa cote de popularité régresse chez les sympathisants de gauche (-4 par rapport à octobre), tandis qu’elle progresse chez ceux de droite (+5).

18h25: Un Français de 25 ans va être jugé pour détention d'armes de guerre

Huit armes, dont des armes de guerre, ont été saisies vendredi à La Ferté-Macé (Orne) chez lui lors de l'une des centaines de perquisitions administratives qui ont suivi les attentats. Un Français de 25 ans a été placé en détention provisoire pour ces faits ce samedi et sera jugé en comparution immédiate lundi.

18h15 : Des musulmans manifestent à Rome contre le terrorisme au  nom de l'islam

Ils ont scandé : « Nous ne sommes pas l’ennemi. » Des centaines de musulmans se sont réunis ce samedi à Rome et à Milan pour dénoncer les violences commises au nom de l’islam, une semaine après les attentats de Paris et au lendemain de l’attaque au Radisson Blu de Bamako (Mali).

« Le message est clair, le terrorisme ne peut plus continuer à mener des attaques partout au nom des musulmans. Nous voulons que le monde entier l’écoute », a déclaré dans la capitale italienne le directeur du centre culturel islamique de Rome, Abdellah Redouane.

Le rassemblement baptisé « Pas en mon nom » a débuté avec une minute de silence à la mémoire des 130 victimes des attentats de Paris de la semaine dernière.

18 h: Entre 15000 et 20000 personnes ont défilé à Toulouse

Entre 15 000 personnes, selon la police, et 20 000 selon les organisateurs ont marché ce samedi après-midi à Toulouse pour dénoncer la barbarie après les sanglants attentats qui ont endeuillé Paris il y a une semaine. La mobilisation a été moins importante que celle qui a suivi les attaques contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher.

Lire notre reportage par ici.

16 h 30: Tout comprendre aux attentats et à leurs conséquences

 

Vous avez été plus d’une centaine à nous envoyer vos questions après les attentats perpétrés le vendredi 13 novembre. Nous en avons sélectionné près d’une vingtaine. Les réponses de nos journalistes seront publiées en trois parties. Après la première, voici la deuxième.

16h: Abdeslam était prêt à se faire sauter

Selon l'avocate de l'un des complices présumés de Salah Abdeslam, le suspect, toujours en fuite, était «prêt à se faire sauter». Lisez la suite par ici.