Salon Milipol: L'équipement sur-mesure des chiens de combat

SECURITE Focus sur l'équipement sophistiqué des chiens de combat, alors que la chienne du Raid, «Diesel», a été tuée lors de l'assaut de Saint-Denis mercredi...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Equipements pour chiens de la société EMD, exposés au salon Milipol au parc des expositions de Villepinte, le 20 novembre 2015.
Equipements pour chiens de la société EMD, exposés au salon Milipol au parc des expositions de Villepinte, le 20 novembre 2015. — A.-L.BERAUD/20 Minutes

Diesel, chienne d’assaut de sept ans, a été tuée mercredi par une rafale de kalachnikov tirée par un terroriste lors d’un assaut du Raid dans un appartement de Saint-Denis. A quelques kilomètres de là, au parc des Expositions de Villepinte, le salon « Milipol » dédié à la sécurité intérieure des Etats avait déjà ouvert ces portes. Les équipements consacrés aux chiens de combat y sont en pleine expansion.

>> Notre dossier sur les attaques terroristes à Paris

« Il y a de grandes innovations dans les équipements des chiens. Les Français restent encore derrière les Américains ou les Allemands, mais il y a eu une prise de conscience de l’intérêt de ces animaux en opérations », explique Alicia Villechien, de la société EMD (Equipements des métiers de la Défense).

Equipements pour chiens de la société EMD, exposés au salon Milipol au parc des expositions de Villepinte, le 20 novembre 2015. - A.-L.BERAUD/20 Minutes


Protection des yeux, des oreilles, de la cage thoracique, le chien est un soldat sur pattes qu’il faut savoir protéger. « Les petits équipements de type protections auriculaires et masques anti-éclats se vendent bien. Ils sont nécessaires pour protéger du bruit et des éclats par exemple », détaille Alicia Villechien. Les petits chaussons sont également appréciés par les forces spéciales et les soldats déployés dans les déserts et en mer. « Les coussinets des chiens sont très fragiles. S’ils sont brûlés ou coupés, le chien est inutilisable lors de l’opération. Et en mer, ces chaussons empêchent le chien de glisser ».

Vidéo et gilet pare-balles

Le meilleur ami de l’homme représente plus qu’une aide pour les forces de sécurité. Avec une caméra accrochée à un harnais, il peut être les yeux de son maître, renseigner et ainsi déjouer des attaques. « Ces caméras sont utiles car elles renseignent sur des distances relativement importantes. Elles couvrent deux kilomètres en terrain découvert, et de 500 mètres à un kilomètre quand le terrain est encombré par des immeubles par exemple », précise la jeune femme. L’image de la caméra portée par le chien est projetée sur un petit moniteur, en noir et blanc mais très précise.

Enfin, le chien commence lui aussi à avoir droit à un gilet pare-balles. « Cela se fait de plus en plus. Il y a des gilets qui protègent des éclats de balles, ou encore des coups de couteau. Mais il y a de plus en plus des gilets pare-balles. Ils sont plus lourds. Et le poids est un élément important pour les forces en opération », précise la commerciale. Ces harnais-gilets pare-balles, sur-mesure et garantie à vie, coûtent encore très cher. Chaque pièce se situe entre 2.500 et 3.000 euros. Ces protections sont donc aujourd’hui utilisées par quelques unités des forces spéciales françaises, comme le commando Kieffer.