RATP, SNCF: Chansons, petites attentions, les conducteurs qui rendent la vie plus belle

RENCONTRES Souvent anonymes, ces gens font partie de votre quotidien et refusent de laisser la morosité gagner leurs trains…

404

— 

Un métro quitte la station Front populaire, à Paris le 18 décembre 2012
Un métro quitte la station Front populaire, à Paris le 18 décembre 2012 — Joel Saget AFP

Ils se laissent appeler le conducteur-chanteur de la ligne 6, Smiley Trains ou encore PM733… Ces conducteurs de métro et contrôleurs se servent de leur micro pour égayer la vie de tous les jours. Qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux (ferroviaires) ? Ils s’expriment.

>> Qu’importe le nom, notre génération est bien debout, vous avez son portrait entre les mains... Lire l'édito. 

Pseudo : Le conducteur-chanteur de la ligne 6

Fonction : Conducteur de métro

Réseau : Ligne 6 de la RATP. De Charles de Gaulle-Etoile à Nation

>> VIDEO. Le conducteur-chanteur de la ligne 6 a encore frappé

« J’ai toujours cherché à créer un dialogue humain avec mes passagers »

« Je m’appelle Ramzi, j’ai 38 ans, je suis agent RATP depuis 15 ans et j’aime chanter. Dès l’enfance, j’ai commencé à me donner en spectacle auprès de mes amis. Une passion qui ne m’a jamais quitté. J’aime faire passer du bon temps aux autres, même dans mon travail. La première fois que j’ai pris le micro pour mes voyageurs, c’était il y a 13 ans. A l’époque, j’étais chauffeur de bus sur la ligne 47. Je me souviens, c’était la veille de Noël. Nous étions bloqués sur l’avenue d’Italie à cause de la circulation. Et pour détendre les voyageurs et leur faire passer l’envie de descendre hors station, j’ai commencé à chanter. Quelques années plus tard, je suis devenu conducteur de métro sur la ligne 6. Et encore une fois, dès que la situation le permettait, dès qu’il y avait un problème sur la ligne, je donnais un peu de bonheur à mes voyageurs en leur chantant quelques morceaux. J’ai encore rêvé d’elle, Remind me ou encore Happy de Pharell Williams… mon registre est varié.

J’ai toujours cherché à créer un lien, un dialogue humain avec mes passagers. Des collègues le font avec l’humour, d’autres avec la poésie, moi c’est le chant. Je ressens tellement de bonheur quand j’égaye le quotidien des gens. Mais surtout, cela contribue à véhiculer une bonne image de la RATP qui cherche sans cesse à améliorer le confort, le service et le bien-être des clients. D’ailleurs, j’ai toujours eu le soutien de ma direction et de la majorité de mes collègues car ma démarche s’inscrit dans cette politique innovante de la RATP. Mais la médiatisation du « conducteur-chanteur de la ligne 6 » a créé quelques tensions auprès de quelques-uns de mes collaborateurs. J’ai donc décidé de mettre un terme à mes prestations artistiques dans un souci d’apaisement. Du moins pour le moment… Sa fan page Facebook ici

Pseudo : Smiley Trains

Fonction : Conducteur de RER et Transilien

Réseaux : Paris-Provins

« SmileyTrains, est un personnage sympathique, un rôle que je joue »

« Au départ, j’ai mis une plaque jaune avec un smiley sur mon pare-soleil pour être reconnaissable par les autres conducteurs et qu’ils me saluent quand on se croise. Désormais, SmileyTrains, est un personnage sympathique, un rôle que je joue. J’avais envie de donner aux voyageurs l’impression d’être humain, de ne pas être un pion dans un système. Je ne suis pas différent d’eux…

Un jour, lors d’une correspondance, on attendait, j’avais un micro, je me suis dit qu’il pouvait m’aider à faire passer le temps plus vite. Je prépare mes interventions. J’ai un tableau Excel avec les horaires du lever du soleil, de son coucher, le saint du jour, et tous les jours je cherche une nouvelle joyeuse à communiquer. Le but est de toucher un maximum de monde et de fédérer les gens sans m’imposer. Je parle aux moments où je le dois : au départ et à l’arrivée du train, ainsi qu’aux correspondances et je plaisante une minute ou deux seulement. Certains habitués me réclament quand je change de train. De temps en temps, on me témoigne de la reconnaissance avec des petits mots qu’on m’apporte à l’arrivée. Je reçois également des témoignages sur les réseaux sociaux. Quand j’ai le temps, je me mets à la fenêtre pour saluer les gens. En vrai, c’est toujours mieux ».

Pseudo : PM 733

Fonction : Contrôleur

Réseau : TGV

« Une fois, un passager m’a demandé de venir boire une bière avec lui »

« Un jour, un voyageur qui avait eu un souci avec son billet m’a demandé mon adresse mail au cas où son problème ne se réglait pas en gare. Je lui ai dit que je ne pouvais pas lui communiquer mes coordonnées personnelles en tant qu’agent de la SNCF. C’est lui qui m’a conseillé d’ouvrir un compte Twitter avec mon matricule pour pouvoir garder un lien avec les voyageurs. Je salue les gens lors des contrôles, et mon compte Twitter est accessible avec un hashtag qui porte le numéro du TGV pour chaque voyage afin de créer un moment de convivialité. Une fois, un passager m’a demandé de venir boire une bière avec lui. Comme j’étais en service, j’ai bu un café mais je lui ai offert son verre. C’était un moment très convivial. Depuis, je propose régulièrement d’offrir le café à la première personne qui utilise le hashtag de notre TGV.

L’idée était de faire voyager ensemble des gens qui sont chacun dans leur bulle alors qu’ils sont côte à côte. Je voulais également montrer aux gens que mon rôle n’était pas uniquement de mettre des amendes. Je trouve notre société trop individualiste, j’essaie de lutter contre cela à ma manière. Un jour, un homme qui a rejoint notre TGV devait prendre un avion à Paris. Comme il était à deux doigts de le rater, j’ai contacté le compte d’Air France sur Twitter, nous avons discuté un moment et j’ai réussi à retarder son enregistrement, il a eu son avion. J’ai en quelque sorte sauvé ses vacances. C’est aussi pour cet aspect humain que je suis contrôleur »

>> Consultez le numéro Génération 404 en PDF