Attentats à Paris: Abattu dans l'assaut? Les incertitudes demeurent sur le sort d'Abaaoud

TERRORISME Une source du renseignement intérieur, contactée par « 20 Minutes » n’exclut pas que le cerveau présumé des attentats de Paris a été abattu dans l’assaut du Raid à Saint-Denis...

William Molinié

— 

Une photo non datée, prise du magazine en ligne en anglais du groupe EI Dabiq, montrant probablement Abdelhamid Abaaoud
Une photo non datée, prise du magazine en ligne en anglais du groupe EI Dabiq, montrant probablement Abdelhamid Abaaoud — - DABIQ

Où est le « boucher de Raqqa » ? Ce mercredi matin, les policiers du Raid pensaient trouver Abdelhamid Abaaoud derrière la porte de l’appartement, au troisième étage de l’immeuble ciblé par les forces d’interventions. La sous-direction antiterroriste (SDAT) avait en effet jugé crédible cette hypothèse sur la base d’un renseignement.

Ce mercredi soir, l’incertitude demeure sur le sort réservé au cerveau belge des attaques terroristes du 13 novembre à Paris. « Il ne fait pas partie des huit individus interpellés et placés en garde à vue pendant ou à l’issue de l’assaut », a catégoriquement écarté une source judiciaire. Reste à savoir s’il figure parmi les deux cadavres retrouvés pendant l’assaut. Et s’il s’agit notamment du corps retrouvé criblé de balles dans les décombres. Ce qu’une source au sein des services de renseignement intérieur, contactée par 20 Minutes, n’exclut pas.

Tuyau solide

Des médias étrangers avancent, plus catégoriques, qu’Abdelhamid Abaaoud a été tué au cours de l’assaut. C’est le cas du journal américain Washington Post, qui cite deux anciens agents des services de renseignement européens. Une information qui laisse une autre source proche du dossier sans commentaire. « C’est sûr que la question est sur toutes les lèvres. Mais pour l’heure, les corps ne sont pas formellement identifiés. Attendons les résultats », indique-t-on.

Si les enquêteurs de la SDAT et de la brigade antiterroriste de la PJ de Paris sont arrivés sur la piste de cet immeuble, c’est au terme d’intenses recoupements, vérifications téléphoniques et bancaires, sur la base d’un témoignage reçu ce lundi. Taupe au sein des réseaux djihadistes ? Renseignement étranger ? Quoi qu’il en soit, le tuyau était solide puisqu’il a conduit les policiers, sans doute, jusqu’à un des QG des terroristes du Bataclan, du Stade de France et des terrasses parisiennes.

Si la présence du belge Abdelhamid Abaaoud sur le territoire français était avérée, cela poserait à nouveau la question de la délicate gestion des djihadistes européens de retour de Syrie et surtout des failles de sécurité aux frontières et en termes de suivi par les services de renseignement.