Attentats de Paris: Les commerçants rebaptisent le «Black Friday»

SOLDES A la suite des attentats qui ont endeuillé le pays vendredi, les commerces rebaptisent le « Black Friday », qui veut littéralement dire « vendredi noir »…

20 Minutes avec AFP

— 

Un consommateur fait rentrer un écran TV dans son coffre lors du "Black Friday", le 27 novembre 2014, en Virginie (USA).
Un consommateur fait rentrer un écran TV dans son coffre lors du "Black Friday", le 27 novembre 2014, en Virginie (USA). — Paul J. Richards AFP

Suite aux attentats qui ont endeuillé Paris et Saint-Denis, des entreprises de commerce ont commencé à rebaptiser le « Black Friday ». Cette journée automnale de promotions américaine est importée par de nombreuses enseignes françaises, qui cette année avaient prévu de l’organiser le vendredi 27 novembre.

« Vendredi noir »

Le Black Friday, ou « vendredi noir », est une opération commerciale née aux Etats-Unis, lors de laquelle les magasins offrent des méga-promotions au lendemain du jeudi de Thanksgiving. Elle marque traditionnellement le début de la saison des achats de Noël pour les consommateurs américains. Elle est depuis quelques années lancée en France dans certaines boutiques et sur le Net – le « Black Friday » étant suivi le lundi suivant du « Cybermonday », organisé par les enseignes de vente en ligne.

Marc Lolivier, délégué général de la Fédération e-commerce et vente à distance (FEVAD), a expliqué lors d’une conférence de presse ce mercredi que la terminologie de cette opération commerciale n’est « pas très appropriée » compte tenu de l’actualité. Des « réflexions sont en cours avec les entreprises » pour renommer l’événement, a-t-il ajouté. Le groupe Klépierre, qui gère de nombreux centres commerciaux, a pris les devants en annonçant qu’il rebaptisait pour sa part son opération « Black Friday » par « Jours XXL », et ce « par respect pour les victimes et les familles touchées par les actes inqualifiables survenus vendredi dernier à Paris », selon un communiqué.

Quel sera l’impact commercial des attentats ?

Concernant l’impact des attentats sur les ventes en ligne, le délégué général de la Fevad estime qu’il est trop tôt pour le prédire. « Samedi la France s’est arrêtée. Cette semaine ça reprend peu à peu », indique-t-il avant d’ajouter « Il y a deux scénarios : soit les gens se réfugient sur internet pour leurs achats de noël soit les attentats impactent le moral des Français et on assistera à une baisse généralisée des ventes ».

En janvier lors des attentats à Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, les principaux sites de vente en ligne avaient observé une baisse significative de leur trafic, mais « il est impossible de tirer des généralités sur ce qui va se passer », abonde Yann Rivoallan, fondateur du site The other store.