Assaut à Saint-Denis: Qui est la kamikaze, probable cousine d'Abdelhamid Abaaoud?

PORTRAIT La jeune femme kamikaze serait Hasna Aitboulahcen, cousine d'Abdelhamid Abaaoud, le «cerveau» présumé des attentats de Paris...

T.L.G.

— 

La police scientifique devant l'appartement de Saint-Denis visé par un assaut antiterroriste, le 18 novembre 2015
La police scientifique devant l'appartement de Saint-Denis visé par un assaut antiterroriste, le 18 novembre 2015 — ERIC FEFERBERG AFP

Une triste première en France. Une jeune femme est devenue la première kamikaze dans le pays, en déclenchant sa ceinture d’explosifs plutôt que d’être capturée vivante, lors de l’assaut des forces de l’ordre à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), ce mercredi. La femme kamikaze pourrait être la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, le « cerveau » présumé des attentats de Paris. 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait à son sujet.

>> A lire aussi : Le récit de l’opération antiterroriste, minute par minute

La cousine du cerveau des attentats ?

D’après Jeune Afrique, la jeune femme kamikaze serait Hasna Aitboulahcen, la cousine du commanditaire présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud. Née le 12 août 1989 en France, elle aurait déjà indiqué vouloir rejoindre les rangs de Daesh, et montré sa volonté de commettre un attentat terroriste en France, indique le site Internet d’information.

La femme kamikaze serait la cousine de Abdelhamid Abaaoud - Uncredited/AP/SIPA

 

Hasna Aitboulahcen aurait été la gérante de Beko Construction, une entreprise de BTP créée en 2011 à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). L’entreprise a été déclarée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Bobigny en mars 2014, selon le site ProcedureCollective.fr.

>> Suivez l’évolution des événements de la journée en direct

Triplement sur écoute

C’est en remontant la piste d’Hasna Aitboulahcen que les policiers se seraient tournés vers cet appartement de Saint-Denis. Car selon iTélé, la jeune femme était alors sur écoute. « Triplement branchée car elle faisait l’objet d’écoutes administratives par les services de renseignement. Elle fait l’objet d’écoutes judiciaires de la part d’un service de police du 93 pour des affaires de stupéfiants. Et elle fait l’objet d’écoutes judiciaires par la sous-direction de l’antiterrorisme qui depuis qu’elle a pris le dossier des attentats l’a branchée », affirme la chaîne d’information.

 

>> Notre dossier sur les attaques terroristes à Paris

Un mystérieux coup de téléphone

Aux alentours de 4h30, l’assaut des forces de l’ordre est lancé sur l’appartement à Saint-Denis. Quelques minutes avant d’activer l’explosion, la femme kamikaze aurait été aperçue « en train de passer un coup de téléphone », indique une source proche du dossier à TF1. Qui a-t-elle appelé ? Les enquêteurs tenteraient actuellement d’identifier le ou les personnes au bout du fil.