État d'urgence: De multiples perquisitions administratives toujours en cours ce mercredi

SÉCURITÉ Dans le cadre de l’état d’urgence, plus d’une centaine de perquisitions ont été menées cette nuit et d’autres ont eu lieu ce mercredi…

C.C.M

— 

Des perquisitions administratives sont en cours ce mercredi (illustration).
Des perquisitions administratives sont en cours ce mercredi (illustration). — Philippe Desmazes AFP

Le ministre de l’Intérieur a annoncé ce mercredi que les forces de l’ordre avaient procédé, pour la troisième nuit consécutive, à « 118 nouvelles perquisitions » et « 29 interpellations conduisant à 25 gardes à vue ». Ces opérations sont menées dans le cadre de l’état d’urgence décrété après les attentats de Paris. Au total, 414 perquisitions administratives ont eu lieu depuis vendredi, pour un total de 60 gardes à vue. 20 Minutes fait le point sur les perquisitions de ce mercredi, dont l’une est toujours en cours.


Assaut à Saint-Denis : Qui sont les terroristes… par 20Minutes

En Ariège

Une perquisition administrative était en cours ce matin en Ariège, rapporte La Dépêche. Ni le lieu, ni l’identité des personnes concernées n’ont été révélés par les services de la préfecture. La veille, une autre perquisition avait été menée dans la région. Des ordinateurs ont été vérifiés mais rien n’a été retenu contre leur propriétaire.

C’est en Ariège que s’est structurée la filière dite d’Artigat, autour d’Olivier Corel, surnommé l’« Émir blanc » ou encore « le gourou ». Le djihadiste toulousain Fabien Clain, dont la voix aurait été identifiée dans un message de revendication des attentats de Paris, faisait lui aussi parti de la filière.

>> A lire aussi : Qui est Fabien Clain, le djihadiste suspecté d’avoir revendiqué les attaques ?

En Haute-Garonne

Les policiers de la DGSI, assistés d’un groupe d’intervention de l’antenne Raid de Bordeaux et de policiers de la Sûreté départementale ont mené une perquisition cette nuit dans un immeuble du quartier de La Reynerie, à Toulouse. Des chiens de la gendarmerie spécialisés dans la recherche d’armes et d’explosifs étaient présents. Une assignation à résidence aurait été signifiée au suspect visé par l’opération, qui n’a néanmoins pas été placé en garde à vue.

À Colomiers, les policiers se sont rendus au domicile d’un individu, déjà perquisitionné en octobre 2007 dans le cadre des suites judiciaires du démantèlement de la filière d’Artigat. L’individu aurait été placé en garde à vue. Si des opérations lancées les jours derniers ciblaient des personnes soupçonnées de trafics divers, ces deux perquisitions visaient des individus proches de la mouvance islamiste radicale.

Les forces de l’ordre ont également mené une perquisition administrative à Montréjeau, à une centaine de kilomètres de Toulouse, dans un lotissement social. À 6 heures du matin, les policiers de la DGSI se sont rendus au domicile d’un individu, accompagné de 15 gendarmes de la section recherches gendarmerie de Toulouse et d’un expert en téléphonie. L’homme était déjà connu pour son affiliation à la mouvance radicale. Il a été interpellé et la perquisition n’a, pour l’heure, rien donné. Les investigations sont toujours en cours, notamment l’analyse d’un disque dur, rapporte France 3.

>> A lire aussi Assaut à Saint-Denis : Les djihadistes projetaient-ils des attentats à La Défense et Roissy ?

En Mayenne

D’après Ouest-France, deux perquisitions administratives ont été ordonnées en Mayenne. La première s’est déroulée hier soir à Château-Gontier, ou une trentaine de gendarmes sont entrés de force dans un domicile. La seconde est en cours dans une petite commune du nord du département et les forces de l’ordre se trouvent actuellement sur place. Un seul individu serait visé par la perquisition.

À Roissy

Deux perquisitions étaient menées mercredi à l’aéroport de Roissy. Selon une source aéroportuaire, l’une d’elles vise la branche cargo du groupe Air France. La préfecture déléguée à la Sécurité et la Sûreté des aéroports de Paris-Charles de Gaulle et du Bourget a confirmé ces perquisitions, sans préciser les lieux, ni les entreprises visées. « Elles n’ont pas de lien direct avec les attentats mais relèvent de plusieurs objectifs, notamment la recherche d’éléments en lien avec des phénomènes de radicalisation », a-t-elle indiqué.

Retrouvez le live des opérations en cours à Saint Denis ici

Dans le Val-d’Oise

D’après Le Parisien, les gendarmes ont mené ce matin une vaste opération dans le quartier du Rû-de-Vaux, à Ezanville. Elle vise des personnes pouvant avoir des liens avec l’islamisme radical. Le quotidien rapporte que « cent vingt militaires, dont des maîtres-chiens, ont été mobilisés pour perquisitionner chez plusieurs habitants de ce quartier sensible ainsi que dans les parties communes des immeubles ». Au moins une personne a été interpellée.