VIDEO. Assaut à Saint-Denis: Les djihadistes projetaient-ils des attentats à La Défense et Roissy?

TERRORISME Une source policière a indiqué à «20 Minutes» que l'opération de la Sous-direction antiterroriste visait à déjouer un attentat...

William Molinié

— 

Après l'opération à Saint-Denis, le 18 novembre 2015.
Après l'opération à Saint-Denis, le 18 novembre 2015. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

L’opération de la sous-direction antiterroriste (SDAT) de ce matin visait-elle un groupe de djihadistes projetant de commettre un attentat à La Défense ? C’est ce qu’une source au sein des services antiterroristes a indiqué à 20 Minutes ce mercredi midi, après l’assaut du Raid et de la BRI mené dans un immeuble de Saint-Denis.

Cette source a indiqué que les cibles étaient un groupe d’une vingtaine d’individus. Sur la base de renseignements, la SDAT serait ainsi remontée jusqu’à ces djihadistes. Une information reprise par l’agence Reuters. De son côté, France 2 a apporté une précision: l'aréroport de Roissy aurait aussi été une cible.

Beauvau dément

Mais, interrogée par 20 Minutes, une source Place Beauvau a catégoriquement démenti cette information selon laquelle cette opération visait des terroristes qui s’apprêtaient à passer à l’acte dans le quartier de La Défense. Le parquet de Paris n’a, lui non plus, pas confirmé ce projet d’attentat, selon plusieurs médias.

A l'origine, cette opération avait pour but de dénicher Abaaoud, surnommé Abou Omar Soussi, instigateur présumé des attentats du 13 novembre à Paris et au Stade de France. A Saint-Denis, le procureur de la République de Paris a indiqué que grâce à la «téléphonie», les «surveillances» et les «témoignages», les policiers avaient recueillis assez d'éléments laissant penser qu'il pouvait «se trouver dans un appartement» de la ville.

Nouvelles frappes possibles?

Lors de la séance des questions au gouvernement, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a assuré que «l'action de ce matin a été conduite contre des personnes qui auraient pu frapper de nouveau».

 

Le procureur de la République doit s'exprimer à 19h au cours d'une conférence de presse.