Assaut à Saint-Denis: «On m'a demandé de rendre service, je n'étais pas au courant que c'était des terroristes»

TERRORISME L'homme qui dit avoir hébergé deux personnes visées par un assaut antiterroriste, a été interpellé mercredi matin...

20 Minutes avec AFP

— 

L'homme qui se présente comme le propriétaire où les suspects se sont retranchés dans le centre-ville de Saint-Ouen.
L'homme qui se présente comme le propriétaire où les suspects se sont retranchés dans le centre-ville de Saint-Ouen. — BFMTV

Un homme qui dit avoir hébergé deux personnes « qui venaient de Belgique » dans l’appartement de Saint-Denis, au nord de Paris, visé par un assaut antiterroriste, a été interpellé par les policiers mercredi, lors de l’assaut de la police dans la ville de Seine-Saint-Denis, mercredi matin.

>> Suivez la situation en direct : Abaaoud n’a pas été interpellé… Cinq personnes en garde à vue…

« Un ami m’a demandé d’héberger deux de ses potes pour quelques jours », a raconté à l’AFP sous couvert d’anonymat cet homme d’une trentaine d’années, qui a expliqué avoir mis à leur disposition un appartement situé 8, rue du Corbillon.

Une sorte de squat

« J’ai dit qu’il n’y avait pas de matelas, ils m’ont dit « ce n’est pas grave », ils voulaient juste de l’eau et faire la prière. J’ai rappelé mon ami. Il m’a dit qu’ils venaient de Belgique », a-t-il poursuivi. « On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service, je n’étais pas au courant que c’était des terroristes », a expliqué cet homme, très agité, avant d’être menotté et emmené par les policiers.

>> A lire aussi : Le portrait d’Abdelahamid Abaaoud…

Une amie de cet homme qui dit avoir dormi dans l’appartement la semaine dernière a expliqué à l’AFP qu’il s’agissait d’un logement dont son ami a forcé la porte, « une sorte de squat ». Selon elle, les deux visiteurs sont arrivés « il y a deux jours ».