Attentats à Paris: Quel est le bilan des 128 perquisitions menées cette nuit en France?

ATTENTATS A PARIS Dix personnes ont été interpellées et placées en garde à vue...

T.L.G.
— 
Torcy le 10 octobre 2012. Perquisitions dans les boxs d'un garage souterrain d'une residence a Torcy en Seine et marne. Operation anti terroriste. Police judiciaire.
Torcy le 10 octobre 2012. Perquisitions dans les boxs d'un garage souterrain d'une residence a Torcy en Seine et marne. Operation anti terroriste. Police judiciaire. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Les forces de l’ordre françaises ont procédé à « 128 perquisitions » dans la nuit de lundi à mardi dans le cadre de l’état d’urgence décrété après les attentats de Paris, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur France Info. Dix personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

 

La nuit précédente, une opération similaire avait conduit à 168 perquisitions administratives donnant lieu à 23 interpellations et à la saisie de 31 armes. Ces perquisitions, sans lien direct avec l’enquête sur les attentats de Paris, s’étaient déroulées dans 19 départements. « Ça va continuer », avait prévenu lundi Manuel Valls. 20 Minutes fait le point sur l’ensemble des perquisitions sur le territoire.

>> Attentats de Paris : Suivre la situation en direct

Agglomération lyonnaise : quatre nouvelles perquisitions

Quatre perquisitions ont été effectuées la nuit dernière dans l’agglomération lyonnaise dans le cadre de l’état d’urgence, décrété vendredi soir. La préfecture du Rhône a expliqué qu’elles se sont déroulées dans le 5ème arrondissement de Lyon, à Villefranche-sur-Saône, Vénissieux et Brignais. Il n’y a pas eu de saisie d’arme et les policiers n’ont procédé à aucune interpellation. Deux personnes ont été assignées à résidence.

Ces perquisitions n’ont pas de lien direct avec l’enquête sur les attentats de Paris. Elles concernent des dossiers « pas encore judiciarisés », à mi-chemin entre délinquance de droit commun et radicalisme. L’objectif est de « démanteler des bandes et le cas échéant des filières terroristes », a précisé lundi Bernard Cazeneuve.

Lyon : Une cache d’armes découverte à Feyzin dans le cadre d’une opération antiterroriste

Les policiers avaient procédé à cinq interpellations dans la nuit de dimanche à lundi dans l’agglomération lyonnaise. Trois personnes ont été relâchées lundi soir. En revanche, un homme de 35 ans et sa compagne étaient toujours en garde à vue mardi matin. Soupçonné de trafic d’armes et de stupéfiants, le trentenaire avait été arrêté lundi après la découverte d’un « arsenal de guerre » chez lui et ses parents. Il est suspecté par les autorités « de soutenir la mouvance islamiste radicale », illustrant « des connexions entre le milieu du banditisme et celui du terrorisme ».

Toulouse : Un fusil à pompe découvert

Une seconde nuit consécutive d’opération de police, dans la nuit de lundi à mardi à Toulouse, au sein d’un quartier sensible. Après Le Mirail, c’est le quartier des Izards, au nord de la ville, qui était visé. Un homme de 30 ans a été placé en garde à vue mardi matin après la saisie d’un fusil à pompe.

La précédente descente, menée au Mirail, avait conduit à cinq gardes à vue. Parmi les personnes concernées, deux ont été relâchées lundi soir, deux ont vu leur garde à vue prolongée, un autre devait être jugé en comparution immédiate pour détention de cannabis. Par ailleurs, selon France 3 Midi-Pyrénées, des perquisitions ont également été menées par les gendarmes à Castres et Graulhet, dans le Tarn. Enfin, deux personnes ont été assignées à résidence à Toulouse dans le cadre de l’état d’urgence.

Gironde : Une voiture belge interpellée

Ce lundi, un témoin a repéré sur l’A10 une voiture immatriculée en Belgique avec à son bord deux hommes suspects et a prévenu les gendarmes, rapporte Sud-Ouest. Les militaires, ont immédiatement déclenché le plan Épervier, qui consiste à quadriller une zone à la recherche de suspects, avec le renfort d’un hélicoptère et de plusieurs pelotons spécialisés.

La berline a été interceptée. Outre les deux suspects circulant à bord de la voiture, six autres hommes ont été interpellés dans une maison du voisinage mais aucune de ces arrestations ne serait en lien avec les événements de vendredi. Les personnes seraient impliquées dans des affaires de trafic de stupéfiants. Lors de la perquisition du domicile, les gendarmes ont saisi deux fusils de chasse.

>> A lire aussi : Qu’est-ce qu’une perquisition administrative ?

Strasbourg : Le Raid intervient là où Abdeslam Salah aurait été aperçu

Le Raid et la BRI sont intervenus lundi soir dans le quartier de Neudorf à Strasbourg suite au signalement d’Abdeslam Salah, le possible huitième auteur des attentats de Paris, qui fait l’objet d’un avis de recherche. Un témoin l’aurait aperçu vers 15h et l’aurait suivi jusqu’à son immeuble.

Des dizaines de policiers ont encerclé l’immeuble, partiellement évacué, et l’accès aux résidents a été interdit pendant les opérations. Après avoir inspecté chaque appartement, le dispositif a été levé peu après 22h. Il s’agissait d’une fausse alerte.

Nantes : Trois personnes en garde à a vue

Dans la nuit de lundi à mardi, deux perquisitions ont été effectuées à Nantes. Une arme de poing, 600 grammes de cannabis et 1.000 euros en espèces ont été saisis quartier Malakoff. Trois personnes ont été placées en garde à vue. Une autre adresse a été perquisitionnée quartier Chantenay. Aucune saisie n’y a été effectuée, et aucun suspect n’a été interpellé.