Cambrai: Fausse alerte à la bombe au lycée Paul-Duez, une personne interpellée

FAITS DIVERS La cité scolaire, rassemblant jusqu'à 3.000 élèves, a été entièrement évacuée...

20 Minutes avec agence

— 

La ville de Cambrai, dans le département du Nord.
La ville de Cambrai, dans le département du Nord. — Google Maps

Un important dispositif de sécurité a été mis en place, vers 11 heures, ce lundi, au lycée Paul-Duez de Cambrai (Nord) après un appel informant de la présence d’une bombe.

Une alerte qui s’est révélée être fausse. L’appel a d’ores et déjà été identifié et une personne a été interpellée, selon La Voix du Nord qui précise que l’établissement est actuellement fermé.

Des élèves « téléphone portable à la main et en pleurs »

Tous les élèves de cet établissement rassemblant collège, lycée et lycée professionnel (soit un total d’environ 3.000 enfants) ont été évacués un parc près du palais des Grottes, tout proche. Les élèves, « téléphone portable à la main et en pleurs », ont rapidement informé leurs parents qui, selon le quotidien, sont arrivés en nombre aux abords de la cité scolaire, la plus importante de la région.

« Ce n’est pas la panique mais il y a une tension palpable. C’est très difficile d’accéder au parking du palais des Grottes, les parents arrivent en masse », a remarqué un témoin cité par le journal.

Une élève de 16 ans victime d’un malaise

Avec les parents inquiets sont également arrivés les élus locaux, en tête desquels le maire de Cambrai, François-Xavier Villain. Tous se sont pressés vers le palais des Grottes alors qu’une élève de 16 ans, victime d’un malaise, était transportée, vers 12h20, au centre hospitalier de Cambrai. D’autres élèves auraient, toujours selon La Voix du Nord, paniqué ou fait de légers malaises.

Ce n’est que 20 minutes plus tard que les élèves majeurs seront autorisés à quitter le « refuge ». Les mineurs, eux, auront dû attendre qu’un adulte vienne les chercher. Vers 14 heures, les derniers élèves quittaient le parc du palais des Grottes. Dans le même temps, la police faisait savoir qu’une personne avait été interpellée.