Attentats à Paris: Les donneurs appelés à reporter leurs dons de sang

SOLIDARITE L'Etablissement français du sang (EFS), qui fait face depuis samedi à une mobilisation inédite, alerte sur la durée de conservation très limitée des plaquettes…

C.P. avec AFP

— 

Donneurs de sang rue Alibert à Paris au lendemain des attentats du 13 novembre 2015.
Donneurs de sang rue Alibert à Paris au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. — LIONEL URMAN/SIPA

Une mobilisation « jamais vue »… mais qui doit s’adapter aux besoins des professionnels de santé. Ce lundi, le Dr Djamel Benomar, directeur des prélèvements de l’EFS d’Ile-de-France a demandé aux donneurs de « surseoir à leurs dons ». Ceux-ci ont afflué en masse au lendemain des attentats de Paris.

>> A lire aussi : Où donner son sang après les attaques terroristes ?

5 jours de conservation pour les plaquettes

« Bien sûr, il faut continuer de donner, mais au bon moment », a souligné le Dr Benomar précisant qu’il était « hors de question de jeter du sang périmé ». La durée de conservation des globules rouges est de 42 jours, des plaquettes de 5 jours et du plasma, qui peut être congelé, d’un an, précise l’EFS.

« Il faut qu’on puisse compter sur eux dans deux mois » [délai nécessaire entre deux dons de sang total], a ajouté le responsable qui en « 28 ans de carrière n’a jamais vu une telle mobilisation ».

Dimanche, après de nombreux appels relayés sur les réseaux sociaux faisant état d’une pénurie de sang à l’hôpital d’instruction des Armées Percy de Clamart (Val-de-Marne), les services de santé des Armées ont dû publier un message pour stopper l’afflux de donneurs.

Promesses de dons

L’EFS a procédé samedi à 8 500 prélèvements (sang, plaquettes et plasma) dans toute la France dont 2 000 en Ile-de-France.

>> A lire aussi : Attentats à Paris : Une mobilisation exceptionnelle pour le don du sang

Lundi, leur nombre était déjà multiplié par quatre à la mi-journée par rapport à un lundi habituel, selon le médecin.

Face à l’afflux de personnes, l’EFS a remis samedi des « promesses de dons » sur lesquelles les donneurs ont inscrit leur identité et le numéro de téléphone afin d’être rappelés « lorsque qu’on aura besoin de leur sang », a-t-il précisé.