VIDEO. Attentats à Paris: Provocations en ligne entre pro-Daesh et Anonymous

HACKING Dans une vidéo, le collectif masqué promet une attaque sans précédent contre Daesh...

D.B.

— 

Une capture d'écran de la vidéo d'Anonymous après les attentats du 13 novembre 2015.
Une capture d'écran de la vidéo d'Anonymous après les attentats du 13 novembre 2015. — Youtube

Anonymous promet l’opération «la plus importante» contre la présence de Daesh sur le Web. Il n'a fallu que quelques heures pour avoir une réponse de hackers pro-Daesh, repérée par le SITE Group sur un canal de propagande djihadiste de l'app Telegram, déjà utilisée par l'organisation de l'Etat islamique pour revendiquer les attentats.

>> Lire l'interview: «Le hacking peut avoir un impact sur la logistique de Daesh»

Ils traitent le groupe masqué «d'idiots». «Que vont-ils hacker? », demandent-ils, soulignant que jusqu'à présent, Anonymous s'est surtout attaqué à de simples comptes Twitter et email. Ils conseillent encore à leurs sympathisants de ne pas ouvrir d'emails d'origine inconnue ou de ne pas répondre aux messages privés d'inconnus sur Twitter ou Telegram.

Les menaces d'Anonymous

Une musique angoissante, un personnage masqué qui délivre son message d’une voix métallique. Le collectif Anonymous a soigné sa mise en scène dans une vidéo publiée samedi sur Youtube, dans laquelle il menace Daesh de représailles après les attentats de Paris.

« Ces attentats ne peuvent pas rester impunis (…) Attendez-vous à une réaction massive. (…) C’est pourquoi les Anonymous du monde entier vont vous traquer. Oui, vous les vermines qui tuent les pauvres innocents, nous allons vous traquer, comme nous avons pu le faire depuis les attentats de Charlie Hebdo. Nous allons lancer l’opération la plus importante jamais réalisée contre vous, attendez-vous à de très nombreuses cyberattaques. La guerre est déclenchée, préparez-vous », déclare l’homme masqué.

>> A lire aussi : Les hackers d’Anonymous promettent de venger Charle Hebdo

Des précédentes attaques contre Daesh

Le collectif, qui a fait de la lutte contre le cyberdjihadisme l’un de ses chevaux de bataille, avait hacké les sites extrémistes qu’ils avaient rendu inaccessibles après les attentats de janvier, via l’opération « Op Charlie Hebdo ». Autre fait d’arme : son initiative lancée contre des sites recrutant des jeunes pour partir en Syrie. En mars dernier, les Anonymous avaient dévoilé à Twitter 9.200 comptes en lien avec Daesh. Et en septembre, ils s’étaient directement moqués des djihadistes sur Twitter, via une série de messages ironiques.