VIDEO. Attentats à Paris: Scènes de panique et mouvements de foule à travers la ville

SOCIETE Les chaînes de télévisions présentes sur place ont filmé ces images effrayantes...

M.C.

— 

Un journaliste australien s'enfuit alors que la foule se met à courir vers lui dans le 10e arrondissement de Paris, le 15 novembre 2015.
Un journaliste australien s'enfuit alors que la foule se met à courir vers lui dans le 10e arrondissement de Paris, le 15 novembre 2015. — NEWS

Des jets de pétards, des rumeurs... et la panique. Deux jours après les attentats qui ont fait au moins 132 morts à Paris, des mouvements de foule se sont emparés du centre de la ville alors que la population était venue se recueillir sur les différents lieux des attaques meurtrières. Beaucoup ont été filmés, notamment par les chaînes de télévision qui venaient observer le deuil des Parisiens.

>> Suivez les nouveaux événements et développements en direct

>> A lire aussi: Les rumeurs empoisonnent les scènes de recueillement

Le journaliste australien Karl Stefanovic s’apprête à intervenir en direct pour la chaîne News dans le 10e arrondissement, devant le Carillon, quand un cri retentit et la foule commence à courir dans sa direction:

Les bougies et les fleurs sont piétinées, des gens se précipitent dans les cafés:


Confusion et et panique dans le Xe et place de la République à Paris

Non loin de là, place de la République, une équipe de BFMTV réalise des interviews auprès de passants quand les gens se mettent à courir:

«On descendait vers l'avenue de la République en voiture, on a vu des gens courir, on a entendu des coups de feu, on a vu des gens tomber mais on ne sait pas s'ils se mettaient à plat ventre ou autre chose», racontent des témoins. Selon des sources policières, il s'agit de pétards.

 

 

 

Même scène quelques rues plus loin, dans le quartier du Marais. Une Australienne paniquée assure avoir vu un homme armé. Il s'agissait d'un policier en civil. Cette fois, c'est un chauffage sur une terrasse ou une ampoule, qui a créé la panique.

Christophe Girard, maire du 4e arrondissement, qui assistait à la messe à Notre-Dame-de-Paris a reçu un SMS l'alertant de «coups de feu près de la mairie» puis d'autres «messages alarmistes». Il s'est rendu sur place «pour discuter, rassurer, calmer les riverains», dit-il à l'Agence France Presse.

«Des enfants sont tombés, les gens se piétinaient, on aurait pu avoir des blessés graves», raconte un policier. «Ca part d'un bon sentiment de venir ici, mais ils ne se rendent pas compte. Quand on a des patrouilles ici, c'est des effectifs en moins ailleurs pour surveiller d'autres sites», ajoute-t-il. Dès les premiers mouvements de foule, les forces de l'ordre se sont déployées. Un hélicoptère a survolé la zone. Le doute a été levé.

Une équipe d’ABC News revient sur la place de la République après la dispersion du mouvement de foule :