Attentats à Paris: «C'est très traumatisant car je suis loin»

VOUS TEMOIGNEZ Etudiante Erasmus à Rome, Sandra a envoyé à la rédaction de «20 Minutes» ses photos du rassemblement devant l'ambassade. La Française raconte le traumatisme des événements vécus depuis l'étranger...

Charlotte Murat

— 

Photo prise samedi par Sandra Roumanie  devant l'ambassade de France à Rome. Lancer le diaporama
Photo prise samedi par Sandra Roumanie devant l'ambassade de France à Rome. — S. Roumanie

Sandra ne peut retenir ses larmes lorsqu’elle évoque les attentats. « L’émotion est encore très vive, c’est très traumatisant, explique-t-elle. Et peut-être encore plus car je suis loin. » Etudiante Erasmus à l’Università degli Studi Roma Tre, la jeune Française a suivi les événements de loin. « J’avais enfin trouvé comment regarder TF1 par Internet et j’étais devant le match quand j’ai entendu les détonations. J’ai tout de suite senti que quelque chose clochait, car cela ne ressemblait pas à des pétards. »

A lire aussi : Le déroulé des événements, minute par minute

Ce sont les notifications des médias français qui lui ont appris les carnages. « J’ai suivi l’édition spéciale de TF1 toute la nuit. J’ai pleuré pendant quatre heures. Je me sentais tellement inutile depuis l’Italie. » Originaire de Périgueux (Dordogne) et étudiante à Bordeaux (Gironde), la jeune femme n’a heureusement perdu personne dans les attentats. « Je me suis quand même inquiétée pour quelques personnes de ma famille qui vivent en région parisienne, mais heureusement l’application Safety Check de Facebook m’a rapidement rassurée. »

 

Photo prise samedi par Sandra Roumanie devant l’ambassade de France à Rome. - S. Roumanie

 

Des photos pour se souvenir

Déjà très traumatisée par les attentats de janvier, Sandra voulait « trouver un endroit où poser une fleur ». Dès 10h le matin, elle s’est donc rendue à l’ambassade de France à Rome, où quelques autres personnes s’étaient déjà rassemblées. « J’y suis restée une heure, puis deux heures le soir. » Là, elle a son appareil photo avec elle. « Je l’ai très souvent avec moi. Je suis passionnée de photos et aimerais devenir photoreporter. » Elle immortalise la foule, les hommages, l’émotion. « Il y avait des Français, des Italiens, des touristes. J’ai pris des photos avant tout pour me souvenir que les gens étaient là, mobilisés, soudés. »

 

Photo prise samedi par Sandra Roumanie devant l’ambassade de France à Rome. - S. Roumanie

 

VIDEO. Attentats à Paris : La Marseillaise entonnée aux quatre coins du monde comme un hymne mondial

Consciente que Rome pourrait également être touchée par des attentats, Sandra refuse cependant de céder à la psychose. « Je suis obligée d’y pense, mais je refuse de m’empêcher de vivre. » Lundi, elle retournera donc en cours, le cœur encore alourdi par les événements du week-end. « La fac a prévu une minute de silence. C’est déjà ça, ça fait du bien. »

 

Photo prise samedi par Sandra Roumanie devant l’ambassade de France à Rome. - S. Roumanie