Attentats à Paris: Six personnes de l'entourage du kamikaze français en garde à vue

TERRORISME Le père d'Ismaïl Omar Mostefaï, l'un des ses frères et la femme de ce dernier ont été interrogés par la police au sujet de l'assaillant du Bataclan...

20 Minutes avec AFP
— 
La police patrouille le 14 novembre 2015 près du Bataclan à Paris
La police patrouille le 14 novembre 2015 près du Bataclan à Paris — FRANCK FIFE AFP

L'enquête sur les attentats de Paris et la recherche d'éventuels complices progresse dimanche. Six personnes de l'entourage d'Ismaïl Omar Mostefaï, le kamikaze français identifié comme l'un des auteurs de l'attaque du Bataclan à Paris, sont en garde à vue, notamment son père, l'un des ses frères et la femme de ce dernier, a-t-on appris dimanche de sources judiciaire et policières.

>> Suivez en direct le déroulé des évènements ce dimanche

Les gardes à vue des six proches de Mostefaï visent à procéder à des vérifications, un usage courant dans ce type d'enquête, selon ces sources, confirmant des informations de France Info et Europe 1.

>> Ce que l'on sait d'Ismaël Omar Mostefaï, terroriste kamikaze au Bataclan

Le frère dit tomber des nues

Les domiciles du père et du frère à Romilly-sur-Seine (Aube, nord-est) pour le premier et à Bondoufle (Essonne) pour le second, ont été perquisitionnés. Le frère a affirmé tomber des nues en apprenant que son cadet était impliqué dans les attentats, notamment dans la prise d'otage du Bataclan, où il a causé la mort, avec au moins deux autres kamikazes, d'au moins 89 personnes.

«C'est un truc de fou, c'est du délire...», avait-il réagi samedi avant sa garde à vue auprès de l'AFP, la voix tremblante. Il avait raconté avoir coupé les ponts avec Ismaïl Omar Mostefaï depuis plusieurs années, à cause d'«histoires de famille», mais il ne l'imaginait pas s'être radicalisé.

Une voiture Seat noire utilisée au cours des fusillades vendredi soir a par ailleurs été retrouvée à Montreuil, une commune limitrophe de Paris, selon des sources policières. Des témoins ont fait état d'une Seat noire utilisée par les assaillants sur deux sites des attaques, selon le procureur de Paris François Molins: à 21h32 lors d'une fusillade dans un bar située rue de la-Fontaine-au-Roi (5 morts) puis à 21h36 dans un restaurant de la rue de Charonne (19 morts).