Attentats à Paris: «Vous les lâches, les assassins»... des anonymes exorcisent en écrivant

TERRORISME Des internautes de «20 Minutes» nous ont envoyé leurs textes...

C.L.

— 

La lettre d'une habitante de Charonne
La lettre d'une habitante de Charonne — Twitter

Des bougies pour se recueillir, des dessins tachés de rouge pour évacuer. Mais aussi des mots. Après les attentats ayant fait plus de 129 morts vendredi soir à paris, les internautes de 20 Minutes ont été nombreux à nous envoyer des textes, de quelques lignes ou de plusieurs pages. Aucun n’est écrivain, tous sont hésitants, l’un insistera même pour que ses fautes soient corrigées avant publication. En voici une partie :

>> A lire aussi : Les réseaux sociaux endeuillés par les annonces de décès

>> PARTICIPEZ - Comme ces internautes, envoyez-nous votre texte en nous écrivant à contribution@20minutes.fr.

Saliha : « Nous avons choisi de vivre quoi que vous fassiez »

« Vous les lâches, les assassins, qui cachez votre folie derrière la religion, laissez-moi vous dire une chose : vous ne gagnerez pas, vous ne nous mettrez pas à genou.
Vous avez choisi de mourir pour nous empêcher de vivre, nous avons choisi de vivre quoi que vous fassiez.
Nous Français de tous horizons, de tout bord, ne vous laisserons pas faire.
Nous nous relèverons comme par le passé, plus forts que jamais et nous vous ferons face.
Nous continuerons à aller voir des matchs, des concerts, à aller au restaurant et sur les terrasses.
Nous continuerons à sortir, à vivre parce que si nous arrêtons, cela voudra dire que vous avez gagné.
Nous continuerons à vivre comme avant afin de leur montrer que nous sommes plus forts qu’eux, plus forts que leur haine et leur folie.
Pensons aujourd’hui à toutes les victimes de ces barbares et à leurs familles.
Prions quel que soit notre Dieu, priez même si vous ne croyez pas en Dieu.
Vive la France. »

Mehdy, en rentrant du rassemblement d’Arras : « Tout ça est insensé »

« C’est le visage fermé que je suis parti en ville
La boule au ventre, pensant à ce monde qui ne cesse de partir en vrille
Tous ces gens rassemblés en soutien aux victimes de ces horreurs
Dans la foule je peux apercevoir plusieurs personnes qui pleurent
Le silence, le bruit de la pluie cassé par cette sirène
Comme un cri qui demande que cesse toute cette haine
Encore une fois ces imbéciles ont sorti les armes
A ma gauche un enfant regarde sa mère verser des larmes
Une bougie a circulé, quelques mots ont été prononcés
Aujourd’hui c’est aux familles des victimes que vont mes pensées
Je suis ému aux larmes, tout ça est insensé
Aujourd’hui #JeSuisParis mais pour toujours #JeSuisLaPaix »

Ludivine : « On n’a pas peur, bordel »

« Paris, les Français, la France ont été attaqués lâchement. Les victimes sont dans nos cœurs où la douleur et la rage brûlent. Résistons, luttons contre l’obscurantisme, les extrémismes. Ne nous replions pas dans le communautarisme. Partageons, aidons et ouvrons nos cœurs ou ne serait-ce que nos portes à ceux qui ont été touchés. Nos anciens ont résisté contre d’autres assaillants il y a 70 ans, malheureusement le temps est venu pour nous de prendre leur exemple pour anéantir ce nouvel ennemi. Tous les petits gestes seront bons pour les faire reculer. On restera debout, on est français, on n’a pas peur bordel. »

Alain : « Sais-tu que vivre caché, ce n’est pas être libre ? »

« Toi le terroriste de Daesh ou d’ailleurs, sais-tu que la liberté n’est pas tuer, mais vivre ? Sais-tu que vivre heureux, c’est d’avoir une famille ? Sais-tu que le bonheur est de voir un sourire sur un visage ? Sais-tu que sortir voir un concert est un plaisir ? Sais-tu que se retrouver entre amis, c’est passer un bon moment ? Sais-tu que vivre caché, ce n’est pas être libre ? Et pour finir, toi le terroriste de Daesh ou d’ailleurs, sais-tu que ce que tu ne sais pas, ceux qui t’ordonnent de tuer, eux le savent ? »