Attentats à Paris: Au moins trois arrestations en Belgique

TERRORISME Trois personnes au moins « en lien direct » avec les attaques de vendredi soir auraient été interpellées à Bruxelles ce samedi…

Jane Hitchcock

— 

Molenbeek, à Bruxelles, le 14 novembre 2015.
Molenbeek, à Bruxelles, le 14 novembre 2015. — HENDRIK DEVRIENDT / AFP

Les enquêteurs tentent de retracer l’origine et le parcours des auteurs des attentats à Paris qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés, selon un dernier bilan. D’après plusieurs médias, la piste belge est actuellement privilégiée par les services de renseignement. Lors de la conférence de presse qu’il a tenue ce samedi, à 19h15, le procureur François Molins a indiqué que « trois personnes ont été interpellées à la frontière belge en matinée. Je ne donnerai pas davantage d’éléments pour préserver les opérations de perquisition, toujours en cours »

>> EN DIRECT. Plusieurs arrestations en Belgique liées aux attaques

Les services de renseignement belges sont pleinement engagés dans l’enquête sur un lien belge dans les attentats à Paris, dans la nuit de vendredi à samedi. Des perquisitions ont notamment eu lieu en début d’après-midi à Molenbeek, près de Bruxelles. La police aurait procédé à plusieurs interpellations : trois, quatre selon le journal La Libre Belgique ou cinq d’après d’autres sources.

En lien « direct avec les attentats »

« Il semblerait que les enquêteurs aient été incités à aller dans ce quartier » après que des tickets de parking de la municipalité belge ont été découverts dans l’une des voitures utilisées par les suspects, selon les médias locaux. Rien ne confirme les relations entre les personnes interpellées et les terroristes présumés qui ont frappé Paris en son cœur, vendredi soir.

Selon BFMTV toutefois, « le ministère de la Justice belge confirme que plusieurs arrestations ont eu lieu dans la banlieue de Bruxelles, en lien avec les attentats commis à Paris et Saint-Denis ». « En lien direct », d’après le quotidien Le Soir.

Double conférence à Bruxelles et Paris

« Koen Geens, le ministre de la Justice vient de confirmer que ces perquisitions avaient un lien avec une Polo grise dont la plaque d’immatriculation belge avait été identifiée vendredi soir à proximité du Bataclan. Un véhicule qui avait été loué en Belgique par le frère d’un individu connu des services de police belge au travers de son frère. Ces perquisitions avaient donc pour but de retrouver le loueur », écrit le site Internet de la chaîne de télévision RTBF.

Un troisième suspect, né à Courcouronnes dans l'Essonne

D’après le procureur François Molins, les trois personnes interpellées à la frontière dans la matinée de samedi « ne sont pas connues des services de renseignement français. L’une des deux voitures, Seat Leon et Volkswagen Polo, noires, était louée par un Français résidant en Belgique. Il a fait l’objet d’un contrôle routier, avec deux autres personnes résidant en Belgique ». L’un des terroristes qui a fait irruption au Bataclan a, lui, aussi été « formellement identifié comme un natif de Courcouronnes, dans l’Essonne, âgé de 29 ans. A son casier judiciaire, huit condamnations de droit commun, de 2004 à 2010, année où il a été l’objet d’une fiche S, pour Sûreté de l’Etat. Pour autant, ce suspect « n’a jamais été incarcéré et n’a jamais été impliqué dans un dossier de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ».