Attentats à Paris: «Hollande n’a pas à intervenir en Syrie», ont indiqué les assaillants au Bataclan

ECLAIRAGE Le bilan provisoire des attaques de ce vendredi est d’au moins 120 morts…

Vincent Vantighem

— 

Un corps gît près du Bataclan le 13 novembre 2015.
Un corps gît près du Bataclan le 13 novembre 2015. — Thibault Camus/AP/SIPA

Ce samedi, il n’y a aucune revendication. Mais tous les yeux sont forcément tournés vers Daesh après les attentats simultanés qui ont causé la mort d’au moins 120 personnes, ce vendredi soir, à Paris. 20 Minutes fait le point sur les informations qui ont filtré sur les auteurs de ces attaques…

Suivez en direct les événements à Paris

  • Combien les assaillants étaient-ils ?

A ce stade, les informations sont encore contradictoires. Selon la préfecture de police de Paris, trois assaillants sont morts aux abords du stade de France, alors qu’un match opposait les Bleus à l’Allemagne. Cette attaque a été menée par un kamikaze, une première en France.

Reportage : Des explosions à l’envahissement au stade de France

Au Bataclan, quatre terroristes ont été abattus par les policiers de la Brigade de recherche et d’intervention, dont trois en actionnant une ceinture d’explosifs, toujours selon la Préfecture de police. Mais le procureur de la République de Paris, François Molins, assure, de son côté, que seuls cinq terroristes ont été « neutralisés », évoquant trois assaillants au Bataclan et deux au stade de France.

Témoignage : « Des balles dans la tête, du sang partout, l’enfer au Bataclan »

  • Y a-t-il des terroristes en fuite ?

Impossible de le dire avec certitude à ce stade de l’enquête. Le procureur de la République, François Molins, a indiqué qu’une enquête pour « assassinats en relation avec une entreprise terroriste » avait été ouverte, notamment pour savoir s’il y a « encore des complices ou des coauteurs dans la nature ».

Les enquêteurs s’interrogent notamment sur le profil des deux hommes soupçonnés d’avoir ouvert le feu depuis de grosses berlines sur des personnes installées à la terrasse de restaurants dans les 10e et 11e arrondissements de Paris. La proximité des lieux avec le Bataclan pourrait laisser croire qu’il s’agit des mêmes terroristes que ceux qui ont agi dans la salle de concert. Il n’y a aucune certitude sur ce point même si l’agence américaine Associated Press, citant une source policière, assure que tous les assaillants ont été tués.

Attaques multiples à Paris - I.Véricourt/S.Malfatto, sim/fh AFP
  • Les terroristes ont-ils laissé un message ?

Selon un témoin présent lors de l’attaque du Bataclan, les terroristes n’étaient pas cagoulés mais lourdement armés. « Je les ai clairement entendus dire aux otages ‘’c’est la faute de Hollande, c’est la faute de votre président, il n’a pas à intervenir en Syrie’’. Ils ont aussi parlé de l’Irak », a-t-il rapporté. Selon d’autres sources, ils auraient également crié « Allahou Akbar ». Pour autant, leurs actes n’ont pas été revendiqués. Mais le site de surveillance américain des réseaux islamistes assure, ce vendredi, que plusieurs sympathisants de Daesh se sont réjouis de ces faits sur les réseaux sociaux.

Eclairage : Les sympathisants de Daesh célèbrent un 11 septembre à la française

  • Comment peut-on analyser le mode opératoire ?

Effrayant. François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique de Paris, se dit même atterré par la sophistication de l’ensemble « Une prise d’otages de masse comme celle du Bataclan fait penser au théâtre de Moscou ; les opérations simultanées, cela fait penser à Bombay. Le ou les kamikazes aux abords du stade France, cela fait penser à Beyrouth. Là, tout est réuni en une opération. C’est un nouveau pas dans l’escalade du terrorisme. »

Interview : « Un niveau de sophistication extrêmement inquiétant »