Ile-de-France: Démantèlement d'un réseau de prostitution chinoise dans des salons de massage

SOCIETE Sept femmes et un homme ont été mis en examen pour proxénétisme aggravé, travail dissimulé et emploi d'étrangers sans titre de travail...

M.C. avec AFP

— 

Un salon de massage (illustration).
Un salon de massage (illustration). — Martha Irvine/AP/SIPA

En plus des massages de relaxation, les employées pratiquaient des prestations sexuelles facturées entre 30 et 100 euros. Un réseau de prostitution chinoise sévissant dans cinq salons de massage dans Paris et dans le Val-de-Marne a été démantelé par la police, qui a arrêté douze personnes, a annoncé samedi la police judiciaire parisienne.

>> A lire aussi: Les salons de massage parisiens appelés à être plus clairs sur leurs prestations

Sept femmes, âgées d'une quarantaine à une cinquantaine d'années, et un homme ont été mis en examen samedi, notamment pour proxénétisme aggravé, travail dissimulé et emploi d'étrangers sans titre de travail, a précisé à l'AFP une source judiciaire. «Ces femmes ont toutes été d'anciennes masseuses qui, une fois après avoir mis de côté un petit pécule, se sont mises à leur compte et sont devenues proxénètes», avance le commissaire divisionnaire Patrick Yvars, chef du 3e District de police judiciaire (3e DPJ), en charge de l'enquête.

Le nombre de salons de massage a été multiplié par cinq à Paris depuis 2009

Les investigations ont débuté en mars autour d'un salon de massage situé dans le XIVe arrondissement de Paris. «Les surveillances permettent d'établir qu'une douzaine de clients masculins fréquentent chaque jour l'établissement, pouvant laisser penser que des prestations sexuelles sont proposées», explique le commissaire Yvars. Mardi, douze personnes ont été interpellées en flagrant délit - neuf femmes et trois hommes - dans les cinq salons de massage et en Seine-Saint-Denis. Douze masseuses, âgées d'une vingtaine à une trentaine d'années, en situation précaire ou irrégulière, ont été entendues par les enquêteurs.

En cinq ans, le nombre de salons de massage a été multiplié par cinq à Paris, débordant au-delà du périphérique, passant de plus d'une centaine fin 2009 à près de 600 aujourd'hui. Parmi eux, «il y en aurait près de 300» susceptibles d'abriter ce type d'activité, «et faisant l'objet d'une attention soutenue de l'activité des services de police», avait estimé cet été l'ex-préfet de police de Paris Bernard Boucault.