La Cour des comptes épingle la Poste pour ses très chères colonies de vacances

RAPPORT L’association qui gère les activités sociales de La Poste est visée…

A.-L.B.
— 
Capture d'écran du site http://www.avea-vacances.fr/ 29 octobre 2015.
Capture d'écran du site http://www.avea-vacances.fr/ 29 octobre 2015. — http://www.avea-vacances.fr/

La Poste invitée à revoir sa copie dans la gestion des activités sociales proposées à ses employés. La Cour des comptes a rendu un rapport critique mardi, pointant du doigt l’AVEA, l’association qui gère ses centres de vacances. Disposant d’un budget de 18,7 millions d’euros, et forte de 70 salariés à temps plein, cette association gère 13 centres de vacances en France et à l’étranger, relève francetvinfo.fr mercredi.

Mais, comme le précise le site, les colonies ne sont plus au goût du jour et la sous-occupation de ces centres coûte très cher. Avec un taux de remplissage d’environ 10 %, un séjour d’une semaine dans ces centres coûte 1.435 euros par enfant à la Poste, contre 664 euros pour son concurrent l’UCPA.

« Question délicate »

Face à la critique, le président de l’association, Bernard Kamerer, a réagi sur Europe 1, estimant que « c’est une question délicate ». « Je pense qu’il faut que l’on regarde les choses comme elles sont et non comme on voudrait qu’elles soient. Il y a sûrement des centres plus attractifs que d’autres. Mais cela reste à débattre au sein de la structure », souligne-t-il.

La radio précise que depuis fin 2014, un nouveau directeur général est chargé d’équilibrer les comptes de l’association. Par ailleurs, La Poste a réduit sa subvention de 800.000 euros en 2015.