Les «frappes obliques», la nouvelle stratégie de Daesh pour attaquer la France

TERRORISME Les attaques seraient commises par des étrangers de pays membres de l’Union européenne sur le sol français…

A.-L.B.
— 
Illustration des agents assermentés de la police des chemins de fer chargés de la surete ferroviaire à Aulnay-sous-Bois, le 18 août 2011.
Illustration des agents assermentés de la police des chemins de fer chargés de la surete ferroviaire à Aulnay-sous-Bois, le 18 août 2011. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Des djihadistes français commettant un attentat en Allemagne ou en Espagne, ou des combattants allemands ou espagnols perpétrant une attaque sur le sol français : c’est le nouveau scénario imaginé par Daesh pour frapper l’Europe, révèle France info ce lundi.

Un rapport confidentiel des services français de renseignement que s’est procuré la radio évoque cette nouvelle stratégie des terroristes.

Manque d’échange d’informations

Ces « frappes obliques » permettraient d’échapper plus facilement aux services de renseignement européens, le groupe terroriste « pariant sur le manque d’échange d’informations » entre les pays de l’UE, souligne la radio.

Cette carence d’information à propos des ressortissants fichés s’est illustrée lors de l’attaque du train Thalys, au mois d’août 2015 : Alors que le suspect avait été signalé tant en Espagne, en France, en Allemagne et en Belgique, ces pays n’avaient que peu ou pas communiqué entre eux. Maîtrisé alors qu’il allait se servir d’une kalach­nikov et d’un pistolet automatique, Ayoub El Khazzani a été interpellé. Il nie toute visée terroriste.