Travail illégal: La liste noire des entreprises condamnées bientôt sur Internet

FRAUDE «L'objectif est d'assurer une transparence sur les pratiques frauduleuses des entreprise», selon le gouvernement...

Mathieu Bruckmüller

— 

Un ouvrier du BTP travaille dans un immeuble en construction à Lille, le 1er août 2014
Un ouvrier du BTP travaille dans un immeuble en construction à Lille, le 1er août 2014 — Philippe Huguen AFP

Le décret d'application dit «liste noire» est entré en vigueur samedi. Publié vendredi au Journal officiel, il permet désormais à un juge condamnant une personne ou une entreprise à une amende pour travail illégal de rendre publique son identité sur le site internet du ministère du Travail.

Cette «peine complémentaire» est rendue possible par la loi dite «Savary» du 10 juillet 2014 «visant à lutter contre la concurrence sociale déloyale». Elle est à la discrétion du juge pénal qui fixe la durée de la publication, dans la limite de deux ans.

Travail au noir: Dans quels secteurs fraude-t-on le plus?

Publication dissuasive

Cette liste sera «consultable librement et gratuitement par toute personne» dans une rubrique dédiée sur le site du ministère du Travail, précise le décret signé par le Premier ministre Manuel Valls et deux ministres, Myriam El Khomri (Travail) et Christiane Taubira (Justice). «C'est la première fois en France qu'un juge pourra prononcer une peine complémentaire d'affichage d'une décision de condamnation en matière de travail illégal sur un site internet, accessible à tous... L'objectif est d'assurer une transparence sur les pratiques frauduleuses des entreprises, à destination de leurs clients potentiels», indique Myriam El Khomri, qualifiant d'«extrêmement dissuasive» une telle publication.

Y figureront notamment l'identité des personnes physiques (nom, prénom, date et lieu de naissance...), leur adresse professionnelle, la nature de l'infraction, ainsi que la durée et la date de fin de diffusion. Les entreprises seront nommées, ainsi que l'identité de leur représentant légal «lorsque celui-ci est également condamné», précise le décret.