MIgrants: Plus de 1.300 personnes évacuées du lycée Jean-Quarré à Paris

HUMANITAIRE Un hébergement a été trouvé pour chacune de ces personnes qui vivaient dans ce campement géant depuis cet été...

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants au lycée Jean-Quarré à Paris, le 6 octobre 2015.
Des migrants au lycée Jean-Quarré à Paris, le 6 octobre 2015. — FLORIAN DAVID / AFP

C’était le dernier grand campement à Paris. Plus de 1.300 migrants ont été évacués dans le calme, ce vendredi à partir de 6h du matin du lycée désaffecté Jean-Quarré, à Paris (19e).

>> A lire aussi : Plus de 50.000 demandes d’asile ont été déposées depuis le début de l’année en France

Les policiers sont entrés dans le bâtiment tandis que les travailleurs sociaux et agents des services d’immigration étaient présents à l’extérieur. Selon ces derniers, 33 bus attendent de les emmener vers quelque 900 places d’hébergement préparées pour les accueillir. où ils vivaient dans des conditions insalubres, pour être acheminés vers des centres d’hébergement, a-t-on appris auprès de la Préfecture de Paris.

Au total, « 1.308 personnes sont montées dans les bus » et « un hébergement a été trouvé pour chacun », a-t-on ajouté de même source.

« Urgence humanitaire »

« On n’a pas dormi de la nuit, on veut quitter », explique un jeune migrant en français. Chacun a rassemblé ses maigres possessions dans une valise, un sac à dos ou un sac en plastique. « Depuis l’annonce de l’évacuation tout le monde est surexcité », explique un militant à un policier.

>> A lire aussi : A Calais, Cazeneuve annonce un renfort policier et un meilleur hébergement

« Il n’y a pas de contingent ils seront tous pris en charge et domiciliés », a assuré le préfet de la région d’Ile-de-France et de Paris, Jean-François Carenco. Selon lui, l’évacuation du lycée Jean-Quarré relevait d’une « urgence humanitaire ». « Il n’est pas normal que la République laisse les gens dans ces conditions », a-t-il ajouté.

A leur sortie de l’immeuble, quelques migrants criaient : « Et des papiers pour tous ! » ou encore « Moins de policiers plus de papiers ! ». Des policiers procédaient à l’inspection de chaque étage du lycée, invitant les retardataires, au moyen d’un message lancé par un haut-parleur, à se diriger vers la cour. Un gros dispositif de sécurité a été mis en place, plusieurs dizaines de fourgons de CRS sont garés à proximité de la place des Fêtes.