Emeutes à Moirans: Une journée à haut risque pour les policiers

FAITS DIVERS Les autorités craignent une réplique, après les émeutes de mardi...

N.Beu.

— 

Des gens du voyage lors d'une veillée mortuaire dans un camp à Moirans, le 21 octobre 2015.
Des gens du voyage lors d'une veillée mortuaire dans un camp à Moirans, le 21 octobre 2015. — XAVIER VILA/SIPA

Après la tempête provoquée par les gens du voyage mardi, le calme est revenu ce mercredi matin à Moirans. Mais les autorités craignent une réplique, en raison de la sensibilité du dossier et des rebondissements survenus dans la matinée. Les autorités se préparent « à tous les scénarios », a d’ailleurs reconnu le préfet de l’Isère, Jean-Paul Bonnetain. 20 Minutes fait le point sur cette journée à haut risque.

Des interpellations à venir

Depuis mardi soir, aucune interpellation n’a été effectuée. Mais ce n’est qu’une question de temps. « L’exploitation des données, notamment celles fournies par un hélicoptère qui a survolé les incidents, permettra » des identifications, a expliqué le préfet de l’Isère. « On a fait de l’ordre public » mardi soir, mais « des consignes ont été données pour effectuer un maximum de photos et de vidéo avec le souci d’identifier et de poursuivre » les instigateurs des émeutes, a-t-il ajouté. « Il n’y a pas de responsabilité collective » car, si « dans cette communauté (…) certains ont commis des actions inqualifiables, d’autres étaient contre l’expression de cette violence », a-t-il tenu à préciser. Pas certain que cela calme les gens du voyage.

La permission de sortie refusée

Alors que l’un des leurs doit être enterré ces jours-ci, ils exigent toujours de la justice qu’un membre de la communauté, détenu en Savoie, soit autorisé à se rendre aux obsèques. Or après un premier refus d’une sortie sans escorte, la justice a finalement rejeté ce mercredi une nouvelle demande de sortie du détenu, cette fois sous escorte. Une décision qui pourrait bien raviver les tensions à Moirans… ou non. Après avoir dit « ne plus rien avoir à perdre » et promis « du grabuge », Adèle Vinterstein, la mère du défunt (et du détenu), a appelé ce mercredi matin au calme.

Les obsèques annulées

Après la décision du juge, la mère du jeune homme tué le week-end dernier dans un accident a annoncé qu’elle annulait les obsèques prévues dans l’après-midi à Moirans. « J’annule les obsèques. Je vais faire venir le cercueil de mon fils ici. Et il ne bougera pas tant que mon autre fils ne pourra pas venir », a indiqué à l’AFP Adèle Vinterstein. Dans un second temps, celle-ci a toutefois refusé par la suite d'être aussi affirmative. Ses proches ont promis d'en dire plus en début d'après-midi.